Sénégal: Un collectif du "Dande Mayo" pour le bitumage de la route Nawel-Dembankané

Matam — Un collectif regroupant les 43 villages du "Dandé Maayo", zone située entre Matam et Kanel (nord), a organisé lundi une "marche pacifique" pour le bitumage de la route reliant Nawel à Dembankané, longue de 140 km.

Les manifestants réclamaient également l'électrification de certains des villages de cette région.

Ils portaient des brassards rouges et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Nous voulons de l'électricité", "Nous sommes fatigués de vivre dans l'électricité", "Le Dande Mayo réclame le bitumage de la route Nawel-Dembankané", etc.

La marche est partie de Nawel pour la gouvernance de Matam, les manifestants parcourant plusieurs artères de la commune chef-lieu de région avant de remettre leur mémorandum à l'adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives, Cheikh Mohamed Ndoye.

"L'objectif de cette marche, c'est le bitumage de la piste latéritique" de l'axe Nawel-Dembankané, reliant 43 villages sur un linéaire de 140 km, a expliqué Aboubacry Ndao, chef de village de Garly, porte-parole des manifestants.

Selon lui, depuis sa réalisation en 2003, cette piste n'a jamais été réhabilitée et se trouve dans "un état de dégradation totale" à l'origine d'accidents récurrents.

Au nom des manifestants, il réclame "un meilleur plateau médical" pour le centre de santé de la zone et l'ouverture d'un centre secondaire.

Il souligne qu'en matière de fourniture d'électricité, des "efforts considérables" ont été fournis par les pouvoirs publics, mais il existe encore dans le "Dandé Mayo" des villages pas encore relié au réseau électrique.

Le collectif demande par ailleurs la construction d'un autre lycée dans la zone et l'ouverture du centre de formation professionnelle de Thiemping.

De même sollicite-t-il de meilleurs aménagements agricoles qui "ne suffisent pas et ne garantissant pas la sécurité alimentaire", selon ses membres.

Après avoir reçu le mémorandum des mains des organisateurs de la manifestation, l'adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives a réitéré la volonté des pouvoirs publics de trouver des solutions aux préoccupations du collectif.

Selon lui, des projets initiatives comme le Programme d'urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA) et le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) entrent dans ce cadre.

"Votre mémorandum sera remis à qui de droit pour sa prise en charge au niveau national", a-t-il assuré aux manifestants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.