Burkina Faso: Hadj 2019 - 300 premiers pèlerins regagnent Ouagadougou

Un premier vol transportant des pèlerins à destination de Ouagadougou a atterri, le lundi 19 août 2019 à l'aéroport international. Ils étaient environ 300 à bord de l'appareil.

Après un séjour en Arabie saoudite où ils ont accompli le cinquième pilier de l'Islam, les pèlerins burkinabè commencent à regagner leur pays. Hier lundi 19 août 2019, ils étaient environ 300 à bord du Boeing 767-200 qui a atterri à l'aéroport international de Ouagadougou.

A Bobo-Dioulasso, c'est plus tôt la veille que le premier convoi a été accueilli. A leur descente d'avion aux environs de 6h, c'est le ministre d'Etat, ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, qui les a accueillis. Celui-ci a exprimé sa joie d'assister à l'arrivée des pèlerins burkinabè.

« Hier, nous avons reçu le premier avion à Bobo-Dioulasso. Ce matin, c'est le premier avion qui est à Ouagadougou avec environ 300 pèlerins.

C'est une fierté pour le gouvernement d'avoir contribué à la réussite du Hadj 2019 », s'est-il réjoui. Il a rappelé que le quota du Burkina pour cette année est de 8143 personnes.

Il a souhaité que les autres pèlerins regagnent également le pays en bonne santé dans les jours à venir.

Le ministre d'Etat a traduit sa reconnaissance à la Fédération des associations islamiques, à l'ambassade d'Arabie saoudite et à l'ensemble des départements ministériels pour leur contribution à la bonne tenue de ce pèlerinage.

« Nous prions que Dieu exhauce les vœux de nos pèlerins. Je suis convaincu qu'ils ont prié pour eux-mêmes, pour leur famille et pour notre pays, le Burkina Faso », a-t-il émis.

C'est avec joie que M. Lamine Guira regagne sa famille, après un séjour à la Mecque. « Nous n'avons pas eu de difficultés majeures.

Le Hadj s'est passé dans de très bonnes conditions », a-t-il indiqué. Pour lui, au regard de la situation sécuritaire difficile, le séjour a été mis à profit pour prier pour la paix et la prospérité.

Et Mariam Kindo de saluer l'engagement de ceux qui ont assuré l'organisation de ce voyage. « Nous sommes allés accomplir le cinquième pilier de l'Islam, nous l'avons fait avec beaucoup de plaisir et de joie. Notre vœu est que Dieu permette à d'autres Burkinabè de pouvoir l'effectuer », a-t-elle laissé entendre.

Même son de cloche pour Idrissa Zida, pour qui c'est un honneur de pouvoir porter le titre El hadj. « Nous savons tous que notre pays traverse des moments difficiles. Pour ce faire, nous avons prié pour que la paix revienne au pays.

Je suis certain que Dieu ehxaucera nos vœux afin que notre pays retrouve sa quiétude », a-t-il dit. Comme toute organisation d'une telle envergure, indique-t-il, des difficultés ne peuvent pas manquer.

Il a de ce fait appelé le comité d'organisation à redoubler d'efforts pour les prochains hadj. « Je félicite nos autorités qui se sont impliqués pour que nous puissions parcourir les lieux saints de l'Arabie saoudite et ensuite regagner nos familles en paix », a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.