Sénégal: Dégradation de l'écosystème - 14,280 millions pour la revitalisation des marigots de Sareme et de Ngoundjodji

Le coordonnateur du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr), à travers la Fédération des groupements paysans associés de Diourbel (Fegpad), a procédé ce week-end à la remise des chèques d'un montant de 14.280.000 F Cfa aux groupements de Sarème et de Ngoundjodji.

Ce financement acquis grâce au partenariat avec l'Union des producteurs agricoles développementinter national du Québec, au Canada, s'inscrit dans le cadre du Projet de revitalisation des marigots communautaires sur les terroirs de Sarème et Ngoundjodji, dans le département de Diourbel.

La dégradation de l'écosystème continue de poser problème au niveau du département de Diourbel.

Pour lutter contre ce fléau, le Projet de revitalisation des marigots communautaires sur les terroirs de Sarème, dans la commune de Touré Mbonde, et Ngoundjodji, dans la commune de Ndoulo, a été mis sur pied pour renforcer les capacités des communes rurales à gérer collectivement et individuelles les ressources naturelles dans le bien-être des communautés.

Ce projet d'un coût global de plus de 14 million 280 mille F Cfa, dont 7 millions 140 mille F Cfa pour chaque village, vise à revitaliser 6 marigots afin qu'ils redeviennent d'importants ilots boisés sur le terroir, porteurs d'une grande biodiversité capable de retenir l'eau en abondance et pour une période plus longue.

Elhadji Thierno Cisse, le coordonnateur du Cncr explique: «nous sommes là dans le cadre d'une cérémonie de remise de fonds au groupement de Sareme, suite à un processus ayant permis d'élaborer un projet agro-environnemental.

Quelques mois plutôt, il y a eu des réflexions qui ont permis aux communautés de Sarème de faire un état des lieux par rapport à la situation de l'environnement.

Elles ont constaté qu'il y a une dégradation sévère des ressources, un problème de fertilité des sols lies aux pratiques agricoles mais aussi au comportement des communautés vis-à-vis de l'environnement.

C'est cela qui a permis de concevoir, de façon participative et inclusive, un projet agro-environnementale de revitalisation des marigots.

Et nous sommes là pour donner un financement de ce projet». Le président de la Fegpad, Birame Sarr, déclare: «ce projet est une phase test. S'il réussit, cela permettra aux autres populations de pouvoir bénéficier de ce projet.

Nous n'accepterons pas que cet argent soit utilisé à d'autres fins. Nous demandons au Maire, aux chefs de villages et à la communauté de tout mettre en œuvre pour la réussite de ce programme».

Pour Yoro Sarr, le président du groupement de Sarème Sérère, tous les marigots seront protégés. Il sera formellement interdit de couper du bois au niveau de ses six marigots qui seront reboisés. Ndeye Faye, membre du Comité local de Ngoudjodji salue ce geste puisqu'il permet de lutter efficacement contre l'ensablement des marigots.

Ce projet qui s'inscrit dans le cadre du Programme thématique «Gestion communautaire des ressources naturelles» a été porté par la Fédération des groupements paysans de Diourbel, le Conseil régional de coordination et de coopération des ruraux, en partenariat avec l'Union des producteurs agricoles développement international du Quebec, au Canada.

Ce financement leur permet de mener des sensibilisations, des activités de reboisement et d'enlèvement du sable des marigots pour une bonne rétention des eaux de pluies. Ce qui favorisera le développement des activités de maraichage pendant la saison sèche, conformément à une orientation des autorités du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.