Cameroun: Bassin du Niger, Banque mondiale - Des émissaires chez le Minepat

Le secrétaire exécutif et l'administrateur du groupe Afrique II reçus en audience par Alamine Ousmane Mey hier à Yaoundé.

Le ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey s'est entretenu avec deux hôtes hier. Il s'agissait d'Abdelhamid Birem, secrétaire exécutif de l'Autorité du Bassin du Niger (ABN) et de Jean-Claude Tchatchouang, l'administrateur groupe Afrique II de la Banque mondiale. Avec Abdelhamid Birem, il a été essentiellement question de l'audit de l'ABN. « Nous sommes venus présenter les conclusions de l'audit organisationnel et institutionnel de la structure, réalisé en complément de celui de 2016 ». L'opération visait à identifier les forces et les faiblesses de l'autorité et évaluer sa capacité à mettre en œuvre les missions à elles assignées.

D'après Pascal de Campo II, superviseur de l'audit, il en est ressorti que la structure a mal à sa gouvernance, avec un personnel réduit et des ressources limitées. Elle enregistre aussi de faibles performances du fait des méthodes de travail inadéquates. Aujourd'hui estimée à 130 millions de personnes, la population de la sous-région pourrait atteindre d'ici 2030, 200 millions. Une croissance qui suscite des préoccupations relatives à la sécurité alimentaire et à la production d'énergie. « Nous voulons avoir une institution performante, sécurisée avec des ressources humaines et financières à même de réaliser la vision que les chefs d'Etats membres ont pour le bassin du Niger », a expliqué le ministre.

C'est ainsi qu'il a souhaité pour sa part qu'un accent soit mis sur le recrutement du personnel et les relations avec les partenaires. L'échange avec Jean-Claude Tchatchouang rentrait dans le cadre des consultations régulières avec les gouverneurs-pays qu'il représente, au sien du groupe de la Banque mondiale. « Des ressources seront mises à la disposition du Cameroun cette année, pour des projets relevant des secteurs comme celui de l'urbanisme et pour l'appui aux réformes », a-t-il affirmé.

La discussion a permis, d'après M. Tchatchouang, de planifier la répartition de cet appui suivant les secteurs et les priorités. Il s'est aussi agi de faire le point des performances du partenariat entre le Cameroun et la Banque et de préparer les assemblées annuelles du groupe qui auront lieu en octobre prochain. D'après Alamine Ousmane Mey, cet appui porte sur 18 projets estimés à près de 1 300 milliards de F. « A l'issue de la dernière revue, les résultats obtenus ont été jugés satisfaisants » a-t-il déclaré. C'est dans cette perspective que le Cameroun attend un appui de près de 200 millions de dollars.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.