Burkina Faso: Viol et inceste - Seydou Boro met le doigt sur la plaie dans « Coté bas »

L'avant-première de cette création hautement orchestrée est prévue les 13 et 14 septembre 2019 à Anvers en Belgique. Mais avant ces dates, le chorégraphe a présenté un avant gout de « Coté bas » au public ouagavillois. C'était le samedi 3 août dernier au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière.

« Coté bas parle d'un rituel. Ce rituel se veut un moment où on se raconte des choses. Et dans ce rituel, je parle du viol et de l'inceste car dans nos sociétés comme celle du Burkina, certains pensent que ça n'existe pas alors que cela existe bel et bien. Donc je voulais mettre l'aiguille sur la plaie pour qu'on en parle.

Il y a de nombreuses personnes qui subissent cela mais qui se taisent. Cette thématique me tenait à cœur et il fallait que l'on mette cela sur la place publique » a fait savoir Seydou Boro.

Pour le chorégraphe, le viol par exemple est prescrit sur une période de 10 ans en règle générale. Ce qui est frustrant pour le chorégraphe qui estime que la victime vivra éternellement avec le mal.

« Mon ami fait l'amour avec sa femme mais ils ne sont jamais deux. Ils sont trois car à jamais il y a toujours la présence d'une troisième personne, l'ombre du violeur est quasi-permanente » raconte l'auteur de Coté bas dans la création. Il estime qu'il y a des responsables et ces derniers doivent répondre.

Après l'avant-première en septembre prochain en Belgique, le public burkinabè pourra redécouvrir le rituel de Seydou Boro au cours du Festival Dialogues de corps.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.