Congo-Kinshasa: Invité de « Riposte » sur Numerica TV - Désiré-Israël Kazadi optimise la proximité Félix Tshisekedi-Kitenge Yesu

Trois invités triés sur le volet que s'empresse, dimanche, de recevoir Jean-Claude Kuzikesa, le présentateur-vedette de l'émission « Riposte », diffusée sur Numérica TV, the smart TV.

Jean-Baptiste Bomanza, un membre de Lamuka (Opposition) et conseiller politique de Jean-Pierre Bemba, Désiré-Israël Kazadi (Société civile) et puis une autre figure de l'AFDC-A proche de Bahati. Trois invités, et pendant une heure, ont, chacun, décrypté l'actualité politique.

Sur les multiples questions posées par le présentateur, chacun a répondu à la lumière de son obédience. Mais, dans la foulée de ses réponses, Kazadi, lui, a dit trouver qu'un choix opéré par le président de la République Félix Tshisekedi est bien un dévolu rassurant. C'est la présence de Kitenge Yesu, dit-il, dans les allées du pouvoir.

L'orateur a démontré que ceux et celles qui, à tort, donné Kitenge Yesu pour ce fruit destiné à pourrir la nouvelle classe politique, se sont mordus bien les doigts. «Le président de la République a bien fait de s'être entouré de matières grises comme Kitenge Yesu, ce discret compatriote mais un fin stratège, doué de sagesse, qui a tout l'air d'un dernier rempart avant que le chef n'agisse», lâche l'invité de Numérica dont l'analyse a été saluée par ses co-débateurs.

Sur le même registre, il a noté qu'il avait donc fallu que Kitenge Yesu dont la fonction est conçue inituitu personnae, soit à côté du chef de l'Etat pour l'accompagner à aiguiller la société face à des partenaires politiques pas toujours sincères. A une question sur le retard pris pour la formation du gouvernement, l'invité a dit avoir constaté, comme tout congolais gagné par le désespoir, la lassitude. «Ça doit aller vite puisqu'il faut du sang neuf. Mais il ne faut pas qu'on reprenne les mêmes et on recommence. Surtout par ceux visés pas les sanctions européennes», a-t-il menacé, traits tirés sur le visage.

A la préoccupation du présentateur sur le plaidoyer du président de la République pour la mise sur pied d'une brigade sous régionale destinée à endiguer l'insécurité créée par des groupes armés signalés en nombre en RDC, cet analyste a salué l'approche du président de la République. Il s'est, par contre, interrogé sur la destination donnée à la Brigade spéciale de la Monusco visiblement à bout de souffle. «La question du terrorisme en RDC est actuellement transnationale et appelle, comme le président de la République l'a souligné, à l'implication des entités de la région car la RDC seule ne saura faire face à des forces engagées dans une guerre asymétrique».

Au chapitre relatif à l'accord entre le FCC et le Cach, Désiré-Israël Kazadi dit avoir constaté que les stipulations de cet accord ne sont pas connues du citoyen lambda et donne donc à penser que ce deal, signé entre deux personnes, a une ascendance sur l'ensemble du pays. «Mais l'opinion aimerait en connaitre le contenu pour se déterminer. Le président Tshisekedi devrait avoir à l'esprit qu'il a, en face de lui, des partenaires politiques qui mettent des bouchées doubles pour le voir échouer là ou eux-mêmes avaient échoué. Il revient à lui d'ouvrir l'œil, sans doute le bon », a insisté l'invité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.