Ile Maurice: Drame à Rodrigues - Une jeune mère assassinée devant ses enfants

Stupeur et consternation, dans l'après-midi d'hier, mardi 20 août, dans le village de Citron-Donis à Rodrigues. Une jeune femme de 22 ans, Chansela Perrine, a été poignardée à l'arme blanche en présence de ses enfants. Le suspect est son ex-concubin, qui est également le père des enfants. Les proches de la victime sont dans l'incompréhension totale et sont inconsolables. La police est à la recherche de l'agresseur présumé.

Les habitants du village sont en colère. «Pa kone kot sorti vinn gat nou zoli vilaz», s'insurgent certains en parlant de l'agresseur présumé. Selon les voisins, l'agresseur était en liberté conditionnelle, après avoir essayé d'incendier la case en tôle où il vivait avec la victime et ses enfants. Après cet énième accès de violence, elle s'était séparée de son concubin et habitait la maison de son père avec ses enfants.

Les faits se seraient déroulés autour de 14 heures hier. L'agresseur présumé, un certain Jean Maurice Collet, est âgé d'une trentaine d'années et il résidait jusqu'à récemment à Crève-Coeur. Il serait de nature violente et aurait mal digéré la rupture d'avec sa compagne. Il se serait caché dans un buisson près de la maison où vivait la victime pour lui asséner le coup mortel avant de prendre la fuite.

La jeune mère de trois enfants, âgés de cinq ans, trois ans et un an respectivement, rentrait chez elle après avoir récupéré ses enfants de l'école.

À quelques mètres de sa maison, l'agresseur embusqué l'aurait poignardée. Elle a rampé avec son plus jeune enfant dans les bras avant de s'effondrer aux pieds de sa mère.

«Vers 2 h 45, je travaillais comme jardinier chez mon patron à Terre-Rouge, quand mon épouse m'a téléphoné pour me dire ce qui s'est passé. Je suis venu tout de suite. Quand je suis arrivé, l'ambulance avait déjà conduit ma fille à l'hôpital. Je suis choqué car je ne m'attendais pas à cela», déclare le père de la victime, visiblement sous le choc.

Le responsable de la Criminal Investigation Division de Rodrigues, l'ASP Seetul, explique que des recherches ont été engagées pour localiser l'agresseur présumé. «L'arme du crime a été retrouvée dans le buisson à quelques mètres de la maison de la victime. On ne sait pas où il se trouve mais nous allons tout de suite enclencher les recherches pour le localiser. L'hôpital a déjà certifié le décès de la victime et la CDU ainsi qu'une psychologue sont déjà là pour l'accompagnement des proches et des enfants.»

L'agresseur présumé aurait déjà eu des démêlés avec la police et il était en liberté conditionnelle. Il avait également fait une tentative de suicide par pendaison. «Et s'il a commis ce crime devant ses enfants, c'est parce que ce sont eux-mêmes qui ont raconté ce qu'il avait fait. Qui sait s'il n'a pas déjà fait une autre tentative de suicide maintenant ? Mais nous allons nous lancer à sa recherche sur le champ. La nuit sera longue. Je viens d'avoir un meurtre sur le dos et maintenant encore un autre», déclare l'ASP Seetul, avant de s'engouffrer dans la voiture de police.

Il faisait référence au meurtre de Désiré Laval François commis à Anse-Fémi le 22 juillet. Quatre suspects, deux femmes et deux hommes, ont été arrêtés et sont toujours détenus à la prison de Pointe-La-Gueule en attendant leur prochaine comparution au tribunal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.