Congo-Kinshasa: EPSP - Le ministère provincial organise la 18e session de la commission provinciale de la promotion scolaire

Il s'est tenu le mardi 20 août 2019 au complexe scolaire André Kimbuta, la 18e session de la commission provinciale de la promotion scolaire de l'enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). Organisés par le ministère provincial près le gouverneur en charge des relations avec le parlement, Education, Ressources Hydrauliques, Mines et porte-parole du gouvernement, ces travaux ont tourné autour du thème : « La gestion performante du système éducatif dans la ville de Kinshasa ».

Dans son mot d'ouverture, Charles Mbutamuntu Lwanga, Ministre provincial près le gouverneur en charge des relations avec le parlement, Education, Ressources hydrauliques, Mines et porte-parole du gouvernement a souligné que la présence de chacun aboutira à une bonne réflexion sur les problèmes éducatifs concernant la jeunesse. Il s'agit, entre autres, de l'état des lieux du secteur de l'éducation, la carte scolaire et le mode d'emploi dans la gestion du secteur, la formation en cours d'emploi dans le processus de la réforme, les frais de scolarité à l'épreuve de la gratuité. "Je reste convaincu que ces exposés approfondis durant ces assises aux débats se dégageront des nouvelles résolutions et recommandations qui devront contribuer efficacement à l'amélioration du système éducatif dans la ville de Kinshasa", a-t-il déclaré.

De son coté, Anselme Mbemba Mabala, directeur provincial de l'EPSP Kinshasa/mont-Amba a loué les efforts que l'exécutif provincial ne cesse d'aménager pour le développement harmonieux du secteur éducatif en améliorant la qualité des écoles et des enseignements de la ville de Kinshasa.

Après énumération des sujets et validation de l'ordre du jour, des groupes ont été mis en place pour faire l'étude minutieuse de chaque point et en ressortir des recommandations.

Les exposés

Pour ce qui est de l'état des lieux du secteur de l'éducation à la veille de la rentrée scolaire 2019-2020, l'accent a été mis sur la décentralisation relative au fonctionnement du secteur de l'éducation. Quelques points saillants ont été soulevés notamment, la gratuité de l'enseignement de base, les dossiers NP, NU, les conflits EPSP-FPMA ainsi que la spoliation des espaces scolaires et les difficultés dues aux contraintes budgétaires.

S'agissant de la carte scolaire et du mode d'emploi dans la gestion du secteur, Anselme Mbemba, rapporteur de cet atelier, a souhaité que soit mis en place le renforcement des capacités des planificateurs en vue de résoudre plusieurs problèmes qui se posent dont les effectifs scolaires, la disproportion de développement des différents niveaux éducatifs, la déscolarisation de plusieurs enfants et la formation inadéquate du personnel enseignant.

Le 3e exposé axé sur le rappel de dispositions sur l'agrément des écoles et les taxes dues au secteur de l'EPSP a tourné autour des deux points à savoir, les actes générateurs des recettes du secteur de l'EPSP et la procédure d'agrément.

Papy Linsuke, expert au Ministère de l'EPSP a souligné que la loi prévoit quatre taxes dont la taxe d'agrément d'un établissement scolaire de l'EPSP, le frais de réactivation d'un agrément des établissements d'enseignement de l'EPSP privé, la quotité du trésor public provincial sur le minerval des établissements scolaires et le produit de la délivrance d'attestation tenant lieu des diplômes. Il a également rappelé les conditions d'écoles telles que fixées par la loi-cadre de l'enseignement national.

La formation en cours d'emploi vue dans le processus de la réforme a été le 4ème exposé. Le rapporteur Mubuy a affirmé que la RDC s'est dotée de la stratégie sectorielle de l'éducation et de la formation 2015-2025 (SSEF) afin de répondre aux défis relevés par le rapport d'état du système éducatif national en 2014. L'objectif est de construire un système inclusif et de qualité qui contribue au développement national, à la promotion de la paix et d'une citoyenneté démocratique active.

Il a, par ailleurs, stigmatisé la place de la formation continue dans la SSEF, la problématique de la formation continue à Kinshasa.

Recommandations

A l'issue des débats, les participants ont formulés quelques recommandations, entre autres, que les chefs des établissements soient formés dans l'optique de la SSEF pendant la première semaine des vacances de Noël, que l'autorité publique alloue un budget conséquent à l'EPSP pour l'effectivité de la gratuité, qu'elle construise et réhabilite les infrastructures scolaires et les équiper en bancs.

Ils demandent à ce que l'Etat récupère tous les espaces spoliés publiques et que le respect de la procédure d'agrément des écoles soit respecté. Toujours dans le même chapitre, ils suggèrent la dépolitisation du système éducatif de façon singulière dans la nomination des acteurs et enfin, que les enseignants âgés soient mis en retraite.

Il sied de signaler que la ville province de Kinshasa compte 9.735 écoles, 1.694.447 élèves et 84.748 enseignants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.