Sénégal: Regain des accidents de la route - Oumar Youm indexe un relâchement dans le contrôle

Les nombreux accidents notés dernièrement sont dus à un relâchement dans les contrôles routiers, selon le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm.

Venu présider la cérémonie de lancement de la carte Xeweul à la gare péage de Thiès, il a plaidé pour une reprise des brigades de contrôle en permanence.

La récurrence des accidents notée ces derniers jours est causée par une réduction des contrôles routiers, juge le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm.

Il était en visite à Thiès hier, mardi 20 août, pour le lancement de la carte dénommée «Xeweul» sur les autoroutes Ilaa Touba, AIBD-Mbour et AIBD-Thiès.

«Nous avons constaté un relâchement qui a induit beaucoup d'accident ces temps-ci. Or, il y a de cela deux mois, une accalmie avait été notée, due au fait qu'il y avait des brigades qui permettaient de faire le contrôle de manière régulière», dit-il.

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a insisté, par ailleurs, sur la nécessité d'accentuer les contrôles.

Il invite, en ce sens, le ministre des Forces Armées et celui de l'Intérieur et de la Sécurité Publique à veiller au renforcement de la présence des Forces de sécurité sur les routes. Oumar Youm trouve d'ailleurs que des sanctions doivent être infligées aux fauteurs de troubles, afin de les amener au respect scrupuleux du Code de la route.

En outre, Oumar Youm juge nécessaire que les services de son ministère, particulièrement ceux de la Direction des Transports routiers, se mettent à pied d'œuvre afin d'identifier les auteurs de la délivrance des faux permis et autres documents frauduleux attestant la visite technique. Il est aussi important, estime-til, de restreindre les possibilités de faire de faux documents.

Pour rappel, plusieurs accidents ont été enregistrés ces derniers jours sur plusieurs routes du Sénégal, dont certains ont été très meurtriers. 7 personnes ont été emportées par l'accident qui a eu lieu dans la région de Fatick, le lundi 19 août. Un bus est entré en collision avec une voiture de type 4X4.

Deux jours auparavant, c'est un bus qui a pris départ de la gare routière de Bignona samedi dernier, qui s'est retrouvé dans le décor avant de percuter violemment un arbre sur la national n°4 à Badiouré. L'accident a fait 5 morts et une trentaine de blessés dont certains gravement.

SECURISATION DES AUTOROUTES : Vers une règlementation de la circulation

Nous sommes en train de rédiger l'Arrêté de Police qui devra permettre de règlementer de façon spécifique la circulation au niveau des autoroutes», annonce le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm. Présidant la cérémonie de lancement de la carte «Xeweul» hier, mardi 20 août, il a estimé que la circulation sur les autoroutes nécessite plus de responsabilité, de rigueur et de respect du Code de la route. Mieux, a-t-il ajouté, les exigences de la circulation sur une autoroute nécessitent un changement de comportement.

En attendant l'effectivité de cette prise de conscience des usagers des autoroutes, la carte Xeweul qui a été lancée hier, va permettre à son détenteur de rouler sur (les autoroutes) Ilaa Touba, AIBD-Mbour et AIBD-Thiès sans arrêt au niveau des voies de péage, avec une vitesse recommandée de 25 km/h.

Le système de la carte Xeweul est affilié au numéro de la plaque d'immatriculation du véhicule. Le ministre Oumar Youm relève que la technologie utilisée dans cette partie de l'autoroute devrait inspirer la société SENAC SA, afin d'améliorer les services offerts aux usagers des autoroutes. Dès lors, il est important de travailler à une interopérabilité des systèmes pour une discontinuité dans le service, trouve-t-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.