Tchad: Fonction publique - 3000 fonctionnaires en attente de régularisation

Au Tchad, 3 000 fonctionnaires ne percevront pas leur salaire à la fin de ce mois. Ils sont suspectés, par une commission chargée de nettoyer le fichier des agents, d'émarger à la fonction publique alors qu'ils n'en ont pas le titre. Mardi 20 août, à la publication de la liste, des fonctionnaires qui ont pourtant régularisé leur situation se retrouvent encore sanctionnés.

Fin décembre 2018, un rapport d'audit indique que 17 000 fonctionnaires émargent frauduleusement à la fonction publique. Les concernés sont priés de régulariser leur situation en produisant les documents qu'il faut.

Une exigence qui a occupé pendant des semaines voire des mois certains fonctionnaires. Mais ce mardi, à la publication de la liste des 3 356 fonctionnaires dont les dossiers ne sont pas à jours, il y a des surprises.

« Sur la liste qui a été affichée avant, il y avait mon nom et j'ai couru pour fournir les dossiers qu'il fallait. Mais maintenant, je reviens et je vois encore mon nom. Je ne comprends pas », explique un fonctionnaire.

Pour le secrétaire général du syndicat des enseignants du Tchad, Mbairis Ngartoïde Blaise, non seulement il y a disfonctionnement, mais le délai d'une semaine accordé aux agents n'est pas réaliste.

« Il y a des enseignants qui ont déposé leurs documents. Malheureusement, leurs noms figurent encore parmi ceux qu'on vient d'afficher, déplore-t-il. Le délai accordé aux gens pour pouvoir constituer le dossier et le déposer, c'est ce délai-là qui qui ne permet pas à tout le monde d'arriver. »

Pendant ce temps, ces fonctionnaires ne recevront pas de salaire et les banques ont été prévenues de ne pas leur accorder le crédit scolaire qui aide les fonctionnaires à supporter les dépenses de la rentrée scolaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.