Sénégal: Arrêt des travaux du nouveau centre de santé de Thilogne - La colère du secretariat exécutif du comité de développement sanitaire

Malgré la vétusté et le délabrement accentué du vieux centre de santé, les travaux de construction du nouveau centre, caractérisés par des arrêts récurrents, ont du mal à s'achever. Une situation qui a fini de susciter un grand ressentiment du Secrétariat exécutif du Comité de développement sanitaire de Thilogne.

Né d'un partenariat entre l'Etat du Sénégal et la Coopération Luxembourgeoise en 2016 d'un financement à hauteur de 900 millions de F Cfa, pour une durée de 14 mois, le nouveau centre de santé de Thilogne (région de Matam) peine toujours à voir ses travaux s'achever, après plus de trois années d'exécution.

«Nous sommes toujours dans les locaux de l'ancien centre de santé et avons du mal à accueillir les patients à cause de la vétusté des locaux liée au délabrement accentué des bâtiments.

Surtout, celui qui abrite le laboratoire où, à cause de la stagnation des eaux de pluie, on a peur d'allumer les appareils», explique Mamoudou Moctar Bal, secrétaire général adjoint du comité de développement sanitaire de Thilogne.

Avant d'affirmer par la suite que: «face à cette insécurité ambiante, le Comité de santé s'active à prendre des locaux en location pour faire face aux activités du service».

Après de multiples rencontres tenues dans le cadre du dénuement, «des goulots d'étranglement», le Secrétariat exécutif du développement sanitaire, dit désormais se référer «à la diligence du chef de l'Etat pour que les travaux de construction puissent continuer et être livrés dans les plus brefs délais».

Toutefois, dans la commune de Thilogne, les griefs décriés par le Comité de développement sanitaire, ne portent pas que sur la vétusté des locaux du centre de santé.

Car, en plus de la demande d'infrastructures adéquates, ce sont les arriérés de dettes contractés par la Couverture maladie universelle (CMU) qui traumatisent le comité.

«La CMU, pour nous, est un plan universel d'endettement. Nous courons derrière l'Etat du Sénégal, avec 29 mois d'arriérés, ce qui fait 19 millions 475 mille francs de non remboursement», déclare Mamoudou Moctar Bal, le secrétaire général adjoint du Comité de développement sanitaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.