Guinée: Le doyen Souleymane Diallo mis sous contrôle judiciaire, veut-on éteindre un symbole ?

La liberté d'expression devient de plus en plus un lointain souvenir en République de Guinée. Les journalistes qui se hasardent désormais à critiquer ou de donner la parole à ceux qui critiquent les hauts dignitaires de l'État ou le régime Alpha Condé sont exposés à tout.

Convoqués lundi 19 août dernier, le doyen Souleymane Diallo fondateur du groupe Lynx-Lance et précurseur des médias privés en Guinée et Aboubkr Diallo directeur général de Lynx FM ont été mis sous contrôle judiciaire.

Leur tort serait d'avoir donné la parole à Doussou Condé ancienne militante du RPG Arc-en-ciel qui est très critique contre le régime actuel.

Depuis quelques temps, les journalistes des médias privés sont persécutés dans l'exercice de leur métier parfois sous le silence de la haute autorité de la communication.

Les juges, par incompétence ou mauvaise foi sont apparemment en train de mettre en avant la loi sur la cybercriminalité au détriment de la loi L002 portant liberté de la presse en République de Guinée.

Il y a lieu de se demander, pourquoi cet acharnement sur les médias privés en cette période où il y a des velléités de changement constitutionnel.

Sont-ils en train de faire disparaitre un obstacle à ce projet que les opposants qualifient de satanique ?

Pour beaucoup, il s'agit d'un des signes du début d'une dictature.

Veut-on étreindre un symbole en trimballant devant les tribunaux Souleymane qui s'est investi vaillamment pour la liberté d'expression en Guinée?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.