Cote d'Ivoire: Cei, Cni, élections, Rhdp - Anaky Kobenan exprime sa vision

Il était le mardi 20 août, l'invité du "Fauteuil Blanc" de "Le Nouveau Réveil". Innocent Anaky Kobenan s'est prononcé sur plusieurs sujets, notamment ceux relatifs à la Commission électorale indépendante (Cei), la Carte nationale d'identité, la présence des étrangers en Côte d'Ivoire...

Parlant justement de la liste électorale à venir, Innocent Anaky Kobenan, au siège de ce journal aux II-Plateaux, a soutenu que celle-ci devrait être constituée sous la base du Recensement général de la population et de l'habitat (Rgph).

Dans cette logique, il a plaidé pour la mise en place d'une commission nationale d'experts avec toutes les parties prenantes pour éplucher et extraire les étrangers qui figureraient dans la base de données.

« C'est à ce prix que nous aurons un listing électoral crédible avec essentiellement des nationaux possédant des Cartes nationales d'identité pour aller aux élections en 2020 », a-t-il soutenu. Avant d'inviter les uns et les autres à ne pas s'acharner sur les étrangers.

Pour lui, ces personnes à la recherche d'un mieux-être ont quitté leurs pays pour migrer en terre ivoirienne. « Ils ne sont pas venus arracher la Côte d'Ivoire aux Ivoiriens », a-t-il insisté.

Innocent Anaky Kobenan s'est, en outre, prononcé sur le projet de loi sur la Cei qui a déjà été promulguée.

À l'en croire, la commission en charge d'organiser les élections en Côte d'Ivoire n'a pas été réformée conformément à la volonté de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (Cadhp). Il s'est donc félicité de la requête introduite auprès de ladite cour par le Pdci-Rda en vue d'avoir gain de cause.

L'ancien ministre des transports, lors de ces échanges avec la presse, a évoqué les raisons qui l'ont poussé à quitter le Rhdp.

Dans son argumentaire, il a soutenu que cette plateforme des houphouétistes tournait essentiellement autour du Rdr et du Pdci-Rda, au point que toutes les grandes décisions prises au niveau de cette alliance étaient orientées par les présidents de ces deux formations politiques, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié. « Je ne pouvais pas rester à leurs côtés comme leur bon petit », a-t-il ajouté.

L'idéologie, selon lui, a été l'autre facteur qui a milité en faveur de son départ de la coalition des houphouétistes.

En effet, il a fait savoir que le Pdci-Rda et le Rdr sont deux partis politiques issus du parti unique. Alors que le Mfa (parti qu'il présidait) s'est fait connaître sur la scène politique grâce à son rapprochement, pendant les heures chaudes du multipartisme, au Fpi de Laurent Gbagbo. « Nous n'avions pas la même vision.

J'ai senti cela au départ. Mais je suis resté dans l'alliance. Mais à un moment donné, je ne me sentais plus bien dans cet attelage et je suis parti. Je ne regrette absolument rien aujourd'hui », a-t-il expliqué.

Anaky Kobenan a au contraire regretté qu'en Côte d'Ivoire, quand deux formations politiques font alliance c'est pour combattre un autre parti politique au lieu de proposer un projet de gouvernement qui prend en compte les aspirations du peuple.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.