Cameroun: Education en temps de crise - Comment garantir la sécurité

Le sujet était au centre d'un atelier organisé par le Minedub et l'Unicef mardi 20 août 2019 à Yaoundé.

Et si l'on parlait de la sécurité à l'école en temps de crise ? Ce sujet toujours d'actualité en cette veille de rentrée scolaire était au cœur d'un atelier organisé mardi 20 août 2019 à Yaoundé. Initiée par le ministère de l'Education de base (Minedub) en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), la rencontre visait à familiariser les acteurs de l'éducation avec le contenu de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles et des lignes directrices de sa mise en œuvre.

Créée en 2010 par les Nations unies, cette déclaration vise à résoudre les problèmes liés aux attaques menées en direction des écoles lors des conflits. Le Cameroun s'est joint aux autres pays africains pour l'adoption de ce document. Le contexte s'y prête bien, en cette période de crise sécuritaire où l'éducation en prend un coup, notamment dans les régions de l'Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avec sa cohorte de violences. Avec des conséquences dévastatrices sur l'avenir de la jeunesse comme la destruction, la fermeture des infrastructures scolaires, l'enrôlement des élèves dans les groupes armés et la transformation des établissements scolaires en théâtre de combat à déplorer.

Face à ces défis sécuritaires, le gouvernement, via le Minedub en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers à l'instar de l'Unicef, font des mains et des pieds pour trouver des solutions. Parmi lesquelles, l'accès permanent à l'éducation de qualité et inclusive dans ces zones en crise ou pris d'assaut par des déplacés internes et des réfugiés. Dans cette batterie de mesures figure en bonne place la Déclaration sur la sécurité dans les écoles qui jusqu'ici n'était pas encore exploitée par le pays. « Les acteurs de l'éducation ne s'étant pas encore approprié le contenu de cette déclaration, il était de bon ton de les entretenir sur les lignes directrices de sa mise en œuvre.

Une initiation qui leur permettra de faire face aux défis sécuritaires multiformes et sans cesse croissants auxquels est confrontée l'éducation dans certaines régions », a indiqué Francesca Bonomo, chef de l'Education à l'Unicef. Pour le secrétaire général du Minedub, Ebone Paul Tiku, représentant le ministre, il est surtout question de renforcer le rôle des acteurs de l'éducation et d'assurer un environnement d'apprentissage équilibré aux enfants. « Nous voulons mettre en place un système d'alerte, des procédés de formation des enfants et des enseignants à l'évacuation des salles, des procédés de prise en charge des enfants de manière spécifique, même en temps de guerre», a expliqué Evang Assembe, expert de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.