Togo: La FTF frappe fort contre des arbitres corrompus

Le championnat national saison 2018-2019 a pris fin depuis trois mois. Mais à travers un relevé de décision de la FTF, la Commission de discipline de la FTF, a sévèrement sanctionné des officiels de matchs sur une période de 2 à 10 ans de toute activité relative au football pour corruption sur un match de championnat lors de la saison écoulée.

La Commission de discipline a condamné l'arbitre fédéral, Aboza KPANAKE, à 10 ans d'interdiction d'exercer toute activité relative au football pour corruption active sur le match de la 24e journée du championnat de première division disputée à Notsè le 7 avril 2019 entre Anges et ASKO (Association Sportive de la Kozah) et soldée par une victoire d'ASKO (1-0).

Les officiels du match, Adam BIYAO, premier arbitre assistant, écope de 8 ans d'interdiction, Kowou GNAMASSOU, deuxième assistant, s'est vu infliger 4 ans d'interdiction pour corruption passive.

L'arbitre du match, Raouf OURO-BAGNA, s'en sort avec 2 ans d'interdiction d'exercer toute activité relative au football pour avoir couvert les actes de corruption.

En plus de ces sanctions, les quatre arbitres sont amendés à payer chacun la somme de 200.000 FCFA et la confiscation à la charge de Adam BIYAO des 50.000 FCFA ayant servi de base aux actes de corruption.

La question qui reste poser par le public sportif togolais est à quand la sanction des corrupteurs tant qu'on a reconnu les corrompus ?

A suivre !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.