Sénégal: KMS 3 - Les activités d'IEC officiellement lancées à Thiès

Thiès — Le gouverneur de la région de Thiès, Mouhamadou Moustapha Ndao, a lancé officiellement mercredi, dans la cité du rail, les activités de la mission d'information, d'éducation et de communication (IEC) du projet de construction de la troisième usine de traitement et de pompage d'eau potable de Keur Momar Sarr (KMS3) et ses renforcements en aval.

Les activités de la composante IEC du projet ont été lancées lors d'un atelier tenu à la gouvernance de Thiès, en présence de Charles Fall, directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES), maître d'ouvrage de KMS 3.

Des maires, dont notamment celui de la ville de Thiès Talla Sylla, des responsables de services techniques et de l'administration territoriale, d'associations consuméristes, ainsi que des personnes affectées par le projet (PAP) étaient aussi présents.

Le volet IEC est confié au cabinet MSA, indique le DG de la SONES, soulignant que la prise en compte des aspects humains, sociaux, environnementaux traités par l'IEC, s'impose aujourd'hui dans l'exécution des projets.

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la gouvernance participative, visant à informer les populations des initiatives en cours et à venir dans un avenir proche, a expliqué le directeur général de la SONEES.

La démarche d'information et de sensibilisation des populations sur les avantages et les désagréments auxquels elles devront s'attendre de la part du projet, devrait avoir comme principale retombée, une "meilleure appropriation et un ancrage social" de KMS 3.

L'implication des populations est un "facteur de succès pour le gouvernement", qui a dégagé 230 milliards de francs CFA en subvention sur le coût global du projet, de l'ordre de 274 milliards de FCFA, a noté Charles Fall.

Le grand espace Dakar-Thiès-Mbour, voire Tivaouane est en train de se constituer, et il va falloir le prendre en compte dans tous les projets structurants, pour un bon aménagement du territoire, estime le gouverneur.

Il relève que jusqu'ici aucune difficulté n'a été encore été notée avec les populations, en raison de la prise en compte des problèmes sociaux et environnementaux.

Le gouverneur a insisté sur les impacts du projet KMS 3 sur les riverains, et sur la nécessité d'un changement de comportement "pour une atmosphère pacifiée".

La construction de la troisième usine de Keur Momar Sarr devrait permettre un approvisionnement en eau en continu, de quelque 4 millions de personnes, installées dans la zone proche de Dakar et dans les localités traversées par le tracé de la conduite d'eau de 216 km.

Près d'un million d'individus supplémentaires vont également disposer du liquide précieux grâce aux 85.000 branchements sociaux prévus par KMS 3.

Le triangle Dakar-Thiès-Mbour verra ainsi son déficit en eau considérablement réduit, assure M. Fall, qui justifie l'option d'anticipation de l'Etat du Sénégal par le souci d'éviter un accroissement du déficit de pointe, du fait de la démographie galopante, surtout à Dakar.

La conduite d'eau qui va alimenter Dakar Thiès, Tivaouane entre autres, à partir du Lac de Guiers, traversera trois régions, cinq départements, une trentaine de communes et une centaine de villages, a dit M. Fall. Il relève que par sa position de carrefour, la région de Thiès est "au cœur" de ce projet.

Lancés en décembre 2017 avec la pose symbolique des premières conduites par le président Macky Sall, les travaux de KMS 3 devront prendre fin d'ici 2020, selon Charles Fall. A ce jour, ces travaux sont à 60% de réalisation, a-t-il dit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.