Congo-Kinshasa: La demande d'audit des dépenses ministérielles jugée «normale» par la présidence

Dans une lettre datée du 17 août, qui circule sur les réseaux sociaux, l'Agence nationale de renseignement (ANR) a ordonné à l'inspecteur général des finances d'auditer « tous les décaissements de fonds du Trésor public en faveur de tous les ministères du gouvernement depuis l'investiture de Félix Tshisékédi ».

Selon Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle, la demande de l'ANR est « légitime ».

Qu'allait donc répondre la présidence congolaise à la lettre de l'ANR ? L'Agence nationale de renseignements a demandé le 17 août dernier à ce que soit examinée chacune des dépenses engagées par les différents ministères depuis janvier.

« Nous trouvons cette démarche normale, assure Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle.

C'est le rôle des inspecteurs des finances de pouvoir vérifier l'affectation des dépenses publiques et qu'au niveau du service de renseignements, comme tout service d'intelligence, ils peuvent demander des informations à n'importe quel service de l'État. »

Cette initiative de l'ANR intervient après les soupçons de détournement de fonds publics évoqués par plusieurs ONG, dont l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) de Georges Kapiamba.

« C'est tout à fait normal justement, répond encore Giscard Kusema. Dans un contexte où il y a ce genre de rumeurs, il est tout à fait normal que le service habilité puisse mener des investigations pour justifier.

C'est par devoir de réhabiliter. Le chef de l'État l'avait dit, il veut de la transparence dans la gestion des affaires de l'État. Et en voilà la preuve. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.