Madagascar: Jirama - Des solutions à court et moyen terme en vue

Des solutions d'urgence sont mises en œuvre pour assurer l'approvisionnement en eau.

La population tananarivienne continue de souffrir de la pénurie d'eau potable. Des solutions sont cependant en vue aussi bien à court qu'à long terme.

Ce n'est plus un secret pour personne. La Jirama traverse un des moments les plus difficiles de son histoire avec ces coupures d'eau dans de nombreux quartiers non seulement dans la capitale, mais aussi dans les régions.

Vétusté

A l'origine de cet épineux problème d'approvisionnement en eau potable se trouve avant tout la vétusté des installations de la société nationale d'électricité. Les régimes qui se sont succédé n'ont jamais pu trouver la bonne solution pour renouveler les infrastructures de la Jirama. Du coup, l'offre en eau potable n'arrive plus à satisfaire les besoins d'une population sans cesse en augmentation. Et dame nature s'y met également puisque la mauvaise pluviométrie provoque le phénomène d'étiage qui diminue davantage la capacité de production en eau potable de la Jirama. D'où, cette insuffisance d'eau potable qui provoque le ras-le-bol d'une population urbaine habituée à utiliser directement l'eau dans leur propre foyer, mais actuellement obligée de recourir au bidons jaunes. Avec ce que cela suppose bien évidemment de désagrément.

Quatre zones

Face à une telle situation, le régime prend les mesures drastiques qui s'imposent. Notamment dans la ville d'Antananarivo où, à court terme, des travaux d'amélioration de l'alimentation en eau sont prévus dans les quatre zones qui connaissent les plus de problèmes. C'est le cas par exemple pour la zone Tanà Est, où les travaux qui sont effectués au niveau de la station d'Amoronakona seront bouclés en fin août, et permettront la production de 100 m3 d'eau par heure dès le 10 septembre. Dans la zone Tanà Ouest, les six forages actuellement en cours de réalisation vont également régler les problèmes d'ici peu. Les zones Tanà Nord, Nord-Ouest et Sud ne sont pas en reste puisque des travaux débuteront également dans la semaine du 16 août. Ces travaux sont prévus être bouclés en fin septembre où chaque zone retrouvera un débit de 100 m3 d'eau par heure. Et en attendant le retour à la normale, la Jirama s'efforce d'amoindrir les effets néfastes de cette pénurie en eau en installant des citernes dans les points les plus sensibles afin de garantir la continuité de l'approvisionnement en eau.

Budget

Outre ces travaux d'urgence, des solutions à long terme existent déjà. Ainsi dès 2020, cinq stations de production conteneurisées d'une capacité de 100 m3 par heure seront installées pour renforcer la production d'eau dans un certain nombre de quartiers comme Ampasika, Tanjombato, Sabotsy-Namehana, Ankadimbahoaka. D'autres régions bénéficieront également de ces investissements. Il faut d'ailleurs noter que l'Etat a augmenté d'une manière significative le budget consacré à l'eau. Lequel est passé de 20 milliards ariary en 2018 à 56 milliards d'ariary en 2019 où 22 agglomérations urbaines font l'objet de travaux d'amélioration et de renforcement de la production. En tout cas, le défi que lancent les autorités est de parvenir à ce que, en fin 2021, plus aucun des 119 chefs-lieux de districts n'aura de problèmes d'alimentation en eau.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.