Madagascar: Changement climatique - Madagascar s'engage dans six actions

Le ministre de l'Environnement et du Développement Durable Alexandre Georget a été présent à la Conférence globale de programmation du Fonds Vert pour le Climat en Corée du Sud.

Madagascar a renouvelé à Songdo (Corée du Sud) ses engagements dans la lutte contre les effets du changement climatique.

Madagascar participe à la Conférence globale de programmation du Fonds Vert pour le Climat (FVC) qui se tient à Songdo Corée du Sud du 19 au 24 août 2019. Cette conférence est une occasion d'échange et de partage entre le Secrétariat du FVC, les Autorités Nationales Déterminées (AND) des pays bénéficiaires des fonds, les entités accréditées, ainsi que les scientifiques représentés entre autres par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM). Parmi les principaux points de discussion figurent la phase de reconstitution du fonds et la programmation de l'ambition. En effet, les Contributions Déterminées au niveau National (CDN) soumises en amont de la CoP21 en 2015 et qui contiennent les engagements des pays dans la lutte contre le changement climatique, ne permettent pas encore d'atteindre l'objectif de limitation de l'augmentation des températures. Selon le Rapport Spécial du Groupe Intergouvernemental des Experts sur l'évolution du Climat (GIEC) sorti en octobre 2018, cette limite doit être maintenue à un réchauffement n'allant pas au-delà de 1,5°C d'ici à 2100, au risque d'assister à un dérèglement irréversible du climat. Voilà pourquoi les pays sont tenus de relever leurs ambitions tous les cinq ans en révisant leurs CDN. Le FVC est un des instruments financiers mis en place par la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (UNFCC) pour appuyer à atteindre cet objectif.

14% d'ici 2030. Le ministre de l'Environnement et du Développement Durable Alexandre Georget se trouve à la tête de la délégation malgache qui participe à cette conférence. Une délégation composée entre autres de Mme Lovakanto Ravelomanana, Directeur du Bureau National des Changements Climatiques, du Carbone et de la REDD+ (BN-CCCREDD+). Le lundi 19 août, le ministre Alexandre Georget a été parmi les panelistes sollicités par le secrétariat du FVC pour discuter autour de la thématique de la Programmation de l'ambition. Le panel fut ainsi composé du ministre de l'Environnement malgache, du ministre du Tourisme et de l'Environnement de la République du Congo Arlette Soudan-Nonault, du ministre de l'Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable du Cameroun Pierre Hele, du Directeur Général de l'Agence pour le Développement Agricole du Royaume du Maroc Elmahdi Arrifi, ainsi que du secrétaire exécutif de l'Observatoire du Sahara et du Sahel Khatim Kherraz. Dans son intervention, le ministre Alexandre Georget n'a pas manqué d'exposer les efforts entrepris par Madagascar pour atteindre les engagements inscrits dans ses CDN. Il s'agit d'augmenter la capacité de séquestration des puits de carbone de 32%, et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 14% d'ici à 2030. Les actions entreprises portent sur le reboisement à grande échelle, la protection et la conservation des forêts, la lutte contre les feux de brousse, la promotion des énergies renouvelables, l'efficacité énergétique ou encore le traitement des déchets. Il a aussi tenu à remarquer que Madagascar figure dans la liste des pays les plus vulnérables face au changement climatique. L'adaptation est donc une priorité.

Lutte contre la pauvreté. Le ministre de l'Environnement malgache a cependant souligné que les activités portant sur le changement climatique ne doivent pas entraver le développement et la lutte contre la pauvreté, mais doivent aller de paire avec. Par ailleurs, il a mis en évidence que mener des initiatives d'atténuation de grande envergure, indispensables à la limitation du réchauffement global, nécessite des appuis financiers et technologiques de la part des pays développés, grands responsables du changement climatique. En effet, les émissions de l'ensemble des pays en développement ne représentent que moins de 5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Face à cette urgence, Madagascar compte obtenir des appuis conséquents de la part du FVC pour parvenir à une économie faible en émission de carbone, et une société résiliente au changement climatique. Alexandre Georget a eu l'occasion de transmettre ce message au FVC lors de son entrevue avec Mr Yannick Glemarec, directeur exécutif du fonds.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.