Comores: Faïz Selemani - Le Comorien rompt unilatéralement son contrat et signe à Courtrai, l'Union Saint-Gilloise s'insurge

C'est un dossier aussi complexe que compliqué. Auteur de belles performances avec l'Union Saint-Gilloise (16 buts et 10 passes décisives) en 2ème division belge la saison dernière, Faïz Selemani est au centre de toutes les convoitises.

Quelques jours après les intérêts des clubs, l'Union Saint-Gilloise relègue le joueur en équipe réserve. D'où le début du conflit. Dépassé par les évènements, l'international comorien utilise la loi de 1978 et rompt unilatéralement son contrat. Dans la foulée, il signe à Courtrai en Jupiler League le lundi dernier.

L'Union Saint-Gilloise s'insurge

En effet, après avoir appris cette nouvelle, l'Union Saint-Gilloise compte saisir les instances compétentes pour régler cette situation.

« L'Union a dû apprendre la nouvelle sur le site web du club courtraisien. Notre club ne compte évidemment pas en rester là et étudie les suites à donner auprès de la Pro League, l'URBSFA et la FIFA », a publié le club dans un communiqué. Avant de regretter le comportement de Courtrai : « Sans entrer dans les détails du dossier, il est inconcevable et inquiétant qu'une personne dirigeant un club professionnel, et faisant également partie de la Pro League et de l'URBSFA, se livre à ce genre de pratiques plus que douteuses. L'image et la crédibilité du football belge prennent à nouveau un gros coup... ».

Courtrai se défend

Réponse du berger à la bergère. Courtrai, nouvelle équipe de Faïz Selemani, à travers son manager rejette en bloc les accusations de l'Union.

« L'Union veut nous faire porter le chapeau pour ses erreurs. Nous ne sommes pas une partie impliquée dans les discussions entre l'Union Saint-Gilloise et Faïz Selemani, où le salarié a rompu son contrat de travail en raison d'une faute grave de son employeur. Nous avons l'impression que l'Union veut nous faire porter le chapeau pour ses erreurs », a déclaré le Matthias Leterme, le Manager Général via un communiqué.

C'est peut être le début d'un feuilleton interminable qui risque de faire des malheureux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Top Sports

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.