Burkina Faso: Kampti (Sud-ouest) - 7 morts dans des éboulements de mines d'or artisanales

Des éboulements qui interviennent alors que l'exploitation minière artisanale est interdite en période hivernale et fermée jusqu'au 31 octobre 2019. Ladite exploitation minière est donc interdite dans la toute la région du sud-ouest depuis le 1er juillet.

« Si il y a des éboulements qui occasionnent des victimes, ce que la mesure d'interdiction n'est pas respectée. Chaque année, nous faisons des communiqués, nous faisons des rappels et nous allons même sur le terrain pour convaincre les orpailleurs les informer de ne pas descendre dans les trous. Mais malgré tout, ils descendent dans les trous » a laissé entendre Sié Jean de la Croix Pooda, maire de Kampti. A l'en croire, 6 des 7 victimes sont issues de la même famille et originaire de la localité.

« Ce sont des jeunes autochtones des villages environnants. Ce ne sont pas des orpailleurs venus d'ailleurs. A maintes reprises, nous avons fait des réunions avec les responsables villageois et les comités villageois de développement où nous avons indiqué que le site d'orpaillage n'allait pas être autorisé » a fait savoir Ousmane Barry, représentant des orpailleurs de la localité.

Le Conseil municipal de la commune rurale de Kampti dit avoir le regard tourné vers l'Agence Nationale d'encadrement des Exploitations minières Artisanales et Semi- Artisanales (ANEEMAS). Ladite agence a pour missions, entre autres, l'encadrement technique des activités d'exploitation artisanale de l'or et le suivi administratif et règlementaire en vue de réduire la part d'informel et la responsabilisation des orpailleurs. Les premiers bureaux de l'agence dans le Sud-ouest ont été ouverts en début juillet 2019.

Le ministre en charge des mines, Oumarou Idani, affirmait en juillet 2019, lors de la cérémonie officielle de fermeture de la campagne 2018-2019 de l'exploitation minière artisanale, que malgré la contribution importante de l'activité d'orpaillage dans l'économie des familles, l'exploitation minière artisanale présentait des effets sociaux et environnementaux néfastes, quand celle-ci n'est pas encadrée par la loi.

«Elle reste également confronter à d'énormes risques d'accidents liés aux éboulements et aux inondations surtout en saison hivernale, occasionnant de ce fait, de nombreuses pertes en vies humaines» a dit M.Idani. C'est d'ailleurs pourquoi, a-t-il ajouté, que le gouvernement a décidé, depuis quelques années de l'interdiction des activités d'orpaillage en période hivernale sur toute l'étendue du territoire national. Une mesure qui a du mal à être respectée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.