Congo-Brazzaville: Sécurité routière - Les feux de signalisation quasi inexistants dans la ville océane

De Mongo-Poukou à Ngoyo en passant par Loandjili, Mvou-Mvou, Lumumba, Tié-Tié, les usages se plaignent à cause des routes qui ne parlent plus.

L'absence de feux de signalisation dans la ville océane inquiète plus d'un citoyen puisqu'elle est la première porte d'entrée de tous les véhicules qui entrent au pays grâce à son port maritime. C'est pourquoi la situation interpelle les autorités de la ville devant le taux élevé des cas d'accidents de circulation. Les feux rouges qui devraient réglementer la circulation dans la ville sont quasiment inexistants.

Par conséquent, le rapport du deuxième trimestre de la direction des transports terrestres indique : « 314 accidents de circulation se sont produits dans la ville de Pointe-Noire pendant le deuxième trimestre 2019, soit 82,53 accidents dus à l'inattention des chauffeurs». Le chef du bureau des transports urbains et routier, Jean Robin Ossa, a souligné qu'à défaut des séminaires de recyclage, la direction des Transports terrestre anime une émission radio deux jours dans la semaine pour conscientiser les conducteurs.

Parlant de l'absence de panneaux de signalisation à Pointe-Noire, Jean Robin Ossa a indiqué que la direction départementale des Transports terrestres est un organe technique. « Notre rôle s'arrête au constat. Nous sommes un organe technique, nous faisons les analyses de terrain, c'est à la mairie de financer. C'est d'ailleurs ce que nous avons fait récemment à l'avenue de l'Indépendance quand le maire de Tié-Tié a constaté qu'il y avait trop d'accidents par manque de signalisation. Il nous a interpellés et nous avons fait l'étude. Nous attendons qu'il finance pour réaliser le travail », a-t-il dit.

Les lignes à piétons pour traverser les chaussées n'existent pas

Le manque de ces lignes pousse les chauffeurs à ne pas respecter les piétons qui traversent des avenues bitumées. Un ponténégrin abordé a exprimé son indigbation préocupations : «Les chauffeurs ne respectent plus les piétons, surtout que le passage à piéton n'existe plus dans les grandes artères de la ville. Si tu demandes le passage pour traverser la chaussée, il ne cède pas. Hier au rond-point Mess mixte de garnison, une femme de 50 ans a failli perdre la vie parce qu'elle a forcé le passage après une longue attente. C'est pourquoi je demande au chauffeur d'être humains, de respecter les piétons.» Et d'ajouter que la mairie doit penser aux panneaux de signalisation puisque la rentrée scolaire s'approche. Notons que des sources sûres des services de la mairie, dans le cadre du programme des activités du conseil départemental et municipal, il est prévu des travaux d'aménagement avant la rentrée des classes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.