Afrique de l'Ouest: Fermeture temporaire de la frontière entre le Nigeria et le Bénin

Les autorités nigérianes ont lancé mardi un exercice mobilisant les principales institutions garantes de la sécurité du Nigeria pendant trois jours. Il en résulte notamment la fermeture du poste-frontière de Seme, situé sur l'autoroute internationale reliant Lagos à Cotonou, Lomé et Accra.

Depuis mardi, le bureau du Conseiller à la sécurité nationale du Nigeria coordonne l'opération « Ex-Swift Response ». Ordonnée par le gouvernement fédéral, cet exercice a pour objectif de renforcer les frontières maritimes et terrestres côté Nigeria.

Différentes institutions régaliennes relevant de la sécurité nationale ont été mobilisées : l'armée, les douanes, la police, et les agents de l'immigration. Toutes ces institutions testent leur capacité à empêcher l'exportation illégale de carburant. Mais aussi leur capacité à lutter contre l'importation de véhicules d'occasion, mais aussi l'importation de riz.

Dans un communiqué publié mardi, le porte-parole de Douanes, Joseph Attah indique que cet exercice devait concerner 25 états sur les 36 de la fédération nigériane. Il devait se dérouler sur le long de l'ouest du Nigeria et concerne donc la frontière terrestre s'ouvrant vers le Bénin. Et le long de la façade maritime donnant sur le golfe de Guinée.

Ce communiqué demandait également la compréhension et la coopération du public. Pourtant depuis mardi plusieurs milliers de personnes ont été piégées aux abords de la frontière de Seme. Une large majorité affirme avoir découvert la fermeture de la frontière terrestre en arrivant sur place.

La fermeture de la frontière a provoqué un vif émoi sur la Toile avec des vidéos et des messages de colère publiés sur les réseaux sociaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.