Tunisie: Le Premier ministre délègue ses pouvoirs pour faire campagne

Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien et candidat à l'élection présidentielle du 15 septembre 2019

Le chef du gouvernement Youssef Chahed, qui s'est porté candidat à l'élection présidentielle du 15 septembre, a décidé de déléguer ses fonctions de Premier ministre à Kamel Morjane, ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l'administration et des politiques publiques.

Youssef Chahed a finalement trouvé un compromis pour clore le débat de ceux qui l'accusaient d'utiliser les ressources de l'Etat à des fins électoralistes, en étant à la fois candidat à la présidentielle et chef du gouvernement.

Il ne démissionne pas car cela revient à faire démissionner tout son gouvernement et donc à entraîner un processus de nouvelles nominations et de vote de confiance au Parlement, qui prend du temps avec une échéance électorale à moins d'un mois.

Youssef Chahed a annoncé cette passation dans une allocution télévisée jeudi soir, disant vouloir que « tous les candidats aient les mêmes chances ». Le « pays traverse une période délicate et n'est pas en mesure de supporter les négociations pour constituer une nouvelle équipe gouvernementale », a-t-il déclaré. Il a donc délégué provisoirement ses pouvoirs, le temps de la campagne électorale et du scrutin.

Cette passation s'inscrit dans une stratégie de pré-campagne bien rodée, puisque depuis le début de la semaine, Youssef Chahed a entrepris de prouver sa bonne foi en tant que candidat à la présidentielle. Il a par exemple publié sa quittance d'impôts et aussi renoncé à la nationalité française, sa seconde nationalité.

Avec cette passation, la Tunisie se retrouve à la veille des élections dans une situation assez exceptionnelle, avec trois présidences intérimaires : celle de la présidence de la République, celle de l'Assemblée et désormais celle du gouvernement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.