Congo-Kinshasa: 3ème Conférence Nationale IIA Congo - Les participants appelés à transposer le bénéfice de ces travaux dans leurs organisations respectives

Le go des travaux de la 3ème Conférence Nationale de l'Institut des Auditeurs Internes du Congo a été donné ce jeudi 22 août 2019 par le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Deo Gracias Mutumbo.

Pendant trois jours, soit du 22 jusqu'au 24 août, les professionnels de l'audit interne ou des métiers associés échangent autour de l'«Audit Interne : un des piliers de la bonne gouvernance des organisations en République Démocratique du Congo ». "Le souhait est qu'à la fin de cette 3ème Conférence Nationale, chacun bénéficie d'un plus et que nous puissions transposer le bénéfice de ces travaux dans nos organisations respectives", a déclaré Claude Nzau, le Président du Comité d'organisation. Ceci, afin de respecter la devise de l'IIA Congo, «Le Progrès par le Partage ».

Pour ce Jour 1 à Beatrice Hôtel où se déroule cette Conférence, plusieurs intervenants se sont succédé après l'ouverture des travaux par le Gouverneur de la BCC. Ce dernier a laissé entendre que la profession Audit Interne est indispensable mais très souvent négligée. Deo Gracias Mutombo précise, cependant, que plusieurs faillites, ici comme ailleurs, surviennent à cause du non-respect des procédures "pourtant élaborées par nous-mêmes". Ainsi, appelle-t-il à soutenir l'IIA Congo "qui nous offre une plateforme de réflexion ainsi que de réponses et solutions aux problèmes récurrents de mauvaise gestion dont la conséquence est souvent les contreperformances, l'inefficacité dans nos administrations, dans nos entreprises et même dans le pays".

Claude Nzau, quant à lui, a précisé que cette grande rencontre annuelle de l'Audit Interne est la troisième du genre après celles qui ont eu lieu en 2017 et 2018. L'objectif est de "donner l'occasion aux participants d'échanger et de débattre sur la fonction audit interne en tant que piliers de la bonne gouvernance des organisations tant pour les secteurs publics que pour les secteurs privés de notre pays", a-t-il soutenu.

Durant trois jours, les participants développent des idées constructives et pratiques sur le contrôle des organisations, en général, et l'audit interne, en particulier.

Selon le Président du Comité d'organisation, le thème choisi cadre bien avec la vision du Président de la République, Félix Tshisekedi, et "nous avons chacun, le devoir de l'accompagner dans sa lourde mission et d'apporter notre modeste contribution au développement de notre pays", a-t-il exhorté.

Un questionnaire a été distribué aux participants, ce qui permettra à chaque conférencier d'émettre un avis et d'apporter sa contribution sur son rôle et l'apport de l'Audit Interne à la bonne gouvernance. "N'hésitez surtout pas à apporter des critiques, c'est ça qui nous permet d'avancer", soutient Claude Nzau. Et en y répondant, "vous participez activement à l'évaluation objective des liens qui existent entre l'Audit interne et la bonne gouvernance dans notre pays".

Parmi les orateurs du jour, Mme Shabani Anifa, Auditeur générale de la BCC, a parlé de « La déontologie de l'Auditeur Interne ».

L'Expert comptable Théo Ndang a développé autour de «La nécessité d'un contrôle dans une organisation ».

Les contours de l'Audit Interne

Le Professeur William Mbuyamba, Secrétaire Général du CPCC et Expert comptable s'est appesanti sur «L'audit interne et la bonne gouvernance».

La bonne gouvernance, selon lui, est la recherche du meilleur équilibre possible des pouvoirs dans l'entreprise. Bref, c'est la Gestion transparente et éthique.

Il a affirmé au cours de son intervention que la gouvernance d'entreprise s'articule autour de 4 piliers qui sont le Conseil d'Administration, l'Audit externe, le Management ainsi que l'Audit interne. Ce dernier qu'il défini comme étant "un outil puissant de détection des principaux risques, constitue un relai essentiel pour le comité d'audit mais à 2 conditions : l'Indépendance de l'audit interne et un bon professionnalisme des auditeurs".

A l'en croire, l'audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. L'audit interne, poursuit-il, aide l'organisation à atteindre ses objectifs en évaluant les processus de management des risques, contrôle, gouvernement d'entreprise et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité.

Le Contrôle interne, par ailleurs, est l'ensemble des sécurités qui contribuent à la maîtrise de l'organisation. "Le contrôle interne vise la sauvegarde du patrimoine, la prévention et détection des fraudes et des erreurs, l'amélioration des compétences et respect des instructions, la production d'une information financière fiable et au moment opportun ainsi que la conformité aux lois et réglementation en vigueur", a-t-il nuancé.

Magistrat à la Cour des comptes, Kinzhele Ndala, est intervenu sur la réforme des finances publiques : état des lieux du « pilier contrôle ».

Pour ce qui est des fondamentaux de la réforme des finances publiques, précise-t-il, faudrait mettre en place un cadre juridique moderne, réaffirmer la place centrale du budget dans la mise en œuvre de la politique du gouvernement et améliorer la gestion de la dette publique. Mais également instaurer une comptabilité en partie double et renforcer le contrôle des finances publiques.

Valeur ajoutée

Le Fonds de Promotion de l'Industrie qui est en même temps sponsor de cette Conférence, a délégué son Responsable du service études et analyses à la direction des études, Daniel Sabua Kasanji. Il a brièvement parlé de l'accès au financement du FPI dont l'objectif global est d'assurer la relance et le développement des activités industrielles et promouvoir l'essor et l'intégration du tissu industriel congolais.

Ses missions, soutenir les industries existantes, promouvoir les industries nouvelles en veillant à réaliser l'équilibre industriel au plan national, promouvoir la Petite et Moyenne Industrie, etc.

Leur vision est «Une économie congolaise émergente à l'horizon 2030 fondée sur un tissu industriel diversifié, intégré et compétitif, tourné vers la satisfaction des besoins intérieurs et extérieurs et s'appuyant sur le développement harmonieux des chaînes des valeurs dans tous les 145 territoires de la RDC ».

"Le FPI est honoré d'avoir participé à cette conférence pour décrire ses conditions d'intervention. Celles-ci nous paraissent souples et adaptées aux besoins financiers spécifiques des opérateurs économiques désireux d'investir dans l'industrie", s'est réjoui Daniel Sabua.

Les travaux vont se poursuivre aujourd'hui et la clôture de cette 3ème Conférence Nationale de l'IIA Congo interviendra le samedi 24 août 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.