Maroc: Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe

L'artiste s'inspire des grands hommes de la littérature marocaine et arabe

C'est dans les rues étroites de l'ancienne médina de la ville de Larache, que réside Abdelhamid Azzubair, calligraphe, sculpteur, peintre et écologiste. Cet artiste éclectique qui ne cesse de se découvrir et de faire découvrir son univers, incarne les qualités inhérentes des artistes authentiques, à savoir la passion, l'hospitalité et la générosité.

Reçue dans son atelier avec un sourire franc qui trahit sa timidité, Abdelhamid confie à la MAP que ce lieu a été longtemps un dépotoir avant qu'il ne lui redonne vie en le transformant en espace vert où on retrouve objets recyclés et une variété de plantes. Son atelier comprend également des pots remplis de porte-plumes, de calames, des roseaux taillés pour l'écriture, des matériaux de sculpture, d'autres sculptures construites avec des objets récupérés, ainsi que des tableaux.

Originaire de la ville de Larache, la soixantaine passée, Abdelhamid a puisé ses sources d'inspiration des grands hommes de la littérature marocaine et arabe, tels que Mohamed Bennis, Mahmoud Darwich, Ahmed Bel Badaoui ou encore Abdellatif Laabi. Même s'il a quitté les bancs de l'école sans décrocher son baccalauréat, cet artiste n'a pas coupé le cordon avec la lecture.

"Je rentrais toujours à la maison avec plusieurs journaux et livres dans la main et ma mère me demandait souvent ce que j'allais faire avec des bouts de papiers", se remémore Abdelhamid, un brin sarcastique. Ce sont justement ces "bouts de papiers" qui ont fait redécouvrir à cet artiste la calligraphie.

Au début des années 80, le sculpteur se rappelle du "mouvement" initié par Mohamed Bennis en publiant des recueils poétiques en calligraphie marocaine.

Les temps passés à l'école coranique ont refait surface dans sa mémoire. Aussi, "je me rappelle l'écriture remarquable de mon père qui me signait mes cahiers d'écoles", dit-il avec un brio dans les yeux mêlé au ton mélancolique de sa voix d'un Larachien pur jus. Passionné par ce moyen d'expression, cet artiste redonne vie aux poésies arabe et marocaine à partir de mouvements précis.

Il assoit l'encre sur une feuille, à l'aide d'un kalam de bambou. Entre gestuelle artistique et textualisée, cet héritage fondateur de l'art islamique rappelle la place primordiale qu'occupait l'écriture dans la religion musulmane.

La calligraphie arabe est originellement dédiée à délivrer le message du divin. On retrouve dans ses œuvres et tableaux des motifs arabo-mauresques, la calligraphie est illustrée dans plusieurs représentations artistiques et notamment en peinture.

Avec des formes variées, des traits vifs et des courbes prononcées, Abdelhamid n'en finit pas de s'inspirer des grands poètes arabes. "Les gens associent souvent la calligraphie au Coran, on ne demande souvent lors de mes expositions si le contenu dans mon oeuvre est un verset coranique", a révélé Abdelhamid. Cette passion qu'il exerça avec amour sans chercher à en tirer un quelconque profit matériel, lui a valu plusieurs expositions.

Ses oeuvres ont voyagé jusqu'au Guatemala. A l'ère du numérique où l'écriture est en perte de vitesse, Abdelhamid Azzubair, ce père et mari dévoué, continue à graver ses mots, comme un acte de résistance face à la déferlante numérique. Aujourd'hui, "tout le monde est connecté à son smartphone ou sa tablette", déplore-t-il.

La calligraphie devenant moins attrayante, Abdelhamid se donne pour mission de la promouvoir, à travers notamment des ateliers organisés à Larache pour faire découvrir aux plus petits et jeunes cet art ancestral.

Pour cet artiste accompli, un peuple ne peut se "mondialiser" sans préserver ses spécificités. C'est pour cette raison qu'il est convaincu que le premier pas pour conserver notre héritage commence tout d'abord par inculquer aux enfants les arts qui ont fondé notre identité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.