Cote d'Ivoire: Elections professionnelles - Deux centrales syndicales dénoncent des irrégularités

Le gouvernement ivoirien s'active pour reprendre le processus des élections sociales. Mais pour l'heure, aucune date n'a été arrêtée. L'Union Nationale des Travailleurs de Côte d'Ivoire (UNATR-CI) et la Centrale Syndicale Humanisme (CSH) appellent à des scrutins "démocratiques et inclusives".

Elles ont exprimés leurs inquiétudes récemment lors d'une conférence de presse au siège de la centrale Humanisme à Adjamé.

Les secrétaires généraux de ces deux centrales syndicales, respectivement Yves Kodibo et Soro Mamadou ont dénoncé le manque de guide électoral consensuel qui précise toutes les étapes du processus.

« Nous exigeons également le respect des conclusions de l'atelier de GrandBassam, des 21, 22 et 23 janvier 2019.

Pour ces élections professionnelles inclusives et participatives, nous sollicitons, M. le ministre de l'Emploi et de la Protection sociale, Pascal Abinan, votre volonté de travailler à faire du processus des élections sociales, un processus véritablement démocratique », a interpellé le secrétaire général de la CSH, Soro Mamadou.

Les deux centrales n'ont pas manqué d'accuser des collaborateurs du ministre Pascal Abinan "d'entretenir l'exclusion", contrairement aux conclusions de l'atelier de Grand-Bassam. Et ce, en confiant à la Commission Consultative du Travail (CCT), une structure où ne siègent pas l'UNATR-CI et la CSH.

C'est la CCT, selon eux, qui prendra les dispositions pour adopter les textes devant organiser ces élections professionnelles. Les délibérations de la CCT le 09 out dernier, a fait savoir Soro Mamadou, ne sauraient engager la CSH et l'UNATR-CI.

« Par conséquent, elles ne peuvent nous être imposées », a martelé le Sg de la CSH. Il a rappelé que la rencontre de Grand-Bassam en janvier dernier visait à déterminer le mode opératoire et le chronogramme des élections sociales.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.