Congo-Kinshasa: EPSP - Début des travaux sur l'opérationnalisation de la gratuité de l'éducation de base

Des enfants dans une salle de classe en RDC

L'objectif de ces assises démarrées ce jeudi 22 août à Kinshasa, est d'examiner les modalités pratiques censées permettre la mise en œuvre effective de la gratuité de l'éducation de base, dès la rentrée scolaire 2019-2020.

Il s'est ouvert le jeudi 22 août Kinshasa, précisément au Fleuve Congo hôtel, la table ronde nationale sur l'opérationnalisation de la gratuité de l'éducation de base, la deuxième du genre, qui réunit les officiels, les intervenants du secteur éducatif, les acteurs de la société civile et les différents partenaires. Pendant deux jours, soit du 22 au 24 août, les participants vont réfléchir notamment sur le cadre légal et réglementaire, le financement, les conditions d'accueil des élèves, la formation des enseignants, la qualité des apprentissages, la gestion du sous-secteur de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), etc.

À la cérémonie d'ouverture des travaux, le chef de l'État, Félix Tshisekedi, a été représenté par son Directeur adjoint de cabinet, Désiré-Cashmir Kolongele Eberande. Le discours d'orientation du ministre ad intérim de l'EPSP aura été l'un des temps forts de cette journée inaugurale des travaux. « Cette table ronde vise l'examen et la définition des modalités pratiques qui permettent l'effectivité de la gratuité de l'enseignement de base dès la rentrée 2019-2020 », a indiqué le ministre Emery Okundji Ndjovu. Et de réaffirmer, une fois de plus, le caractère obligatoire et gratuit de l'enseignement de base dans les écoles publiques sur toute l'étendue de la RDC.

Il a indiqué qu'un consensus national sur la gratuité de l'éducation de base, à travers les recommandations et les résolutions qui seront prises, est attendu au cours de forum. Les experts du secteur éducatif national ainsi que les partenaires extérieurs sont mis à contribution pour examiner l'applicabilité de ce projet qui tient à cœur des milliers de familles congolaises. La veille de cette table ronde, le ministre Emery Okundji avait annoncé la suppression dans tous les établissements publics d'enseignement de l'éducation de base de tous les frais de scolarité. Il a même invité les parents ayant déjà payé les frais de minerval, à titre d'acompte, à se faire rembourser par les promoteurs des écoles.

De l'avis du ministre, la gratuité de l'enseignement devra être d'application dès la rentrée scolaire prochaine. Ce qui laisse perplexes les syndicats des enseignants qui exigent à ce qu'on puisse mettre des moyens financiers et des matériels didactiques requis à la disposition des enseignants qui, par ailleurs, sont censés être mis dans des conditions acceptables. Leur paie, dorénavant prise en charge par l'État, ne devra souffrir d'aucune rétention, font remarquer les syndicalistes. À ce sujet, Emery Okundji a tenu à rassurer les esprits. Tous les frais de scolarité, sous toutes leurs formes (frais fonctionnement, minerval, assurance, identification des élèves, etc), sont supprimés dans tous les établissements publics d'enseignement de l'éducation de base, a-t-il dit. L'État va octroyer des frais de fonctionnement à tous les niveaux, a-t-il ajouté. Et de confirmer qu'au-delà du réajustement des salaires des enseignants, il est prévu, au bénéfice des enseignants de Kinshasa d'abord (en attendant ceux des provinces), l'indemnité de transport et de logement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.