Cote d'Ivoire: Adama Bictogo - "Au Rhdp, nous ne faisons pas de politique virtuelle"

interview

Adama Bictogo, président de la direction exécutive du RHDP, était hier l'invité du journal de 20h30 de TV 5 Monde Afrique. Il s'est prononcé sur la situation politique de la Côte d'Ivoire.

Ce week-end, Charles Blé Goudé a été élu à la tête de son parti. Comment percevez-vous cet évènement ?

Avant de commenter l'évènement relatif à l'élection de Charles Blé Goudé à la tête du COJEP, je présente mes condoléances à la famille de DJ Arafat, qui nous a quittés brutalement.

Ça a été un évènement douloureux pour l'ensemble des Ivoiriens, pour la jeunesse en particulier. Je voudrais m'associer à cette jeunesse de Côte d'Ivoire pour pleurer cette disparition brutale.

Revenant à votre question, pour moi, son retour s'inscrit dans ce que nous considérons comme la recomposition politique dans notre pays. Charles Blé Goudé a certainement sa place, relativement à son parcours.

Ce que nous disons, c'est que tout le monde a sa place en Côte d'Ivoire. Le RHDP est en train de mettre en place toute sa stratégie.

Nous avons un président, Alassane Ouattara, qui a une vision qui est de rassembler tous les Ivoiriens. C'est ce que nous faisons. Le RHDP, c'est le plus grand parti politique de notre pays avec 154 députés sur 253, 24 régions sur 31 et 156 maires sur 201 communes.

 Le RHDP a une majorité confortable. En revanche, il y a une élection présidentielle qui se profile à l'horizon en 2020. Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo sont en passe de former une plateforme associée avec Guillaume Soro, donc une alliance contre le RHDP. Trois gros poids lourds politiques, est-ce une menace ?

Ce n'est pas une menace. Au RHDP, nous ne faisons pas de politique virtuelle. Nous ne nous préoccupons pas de vuvuzelas politiques. Nous analysons de façon factuelle. Nous avons une représentativité.

Au-delà de la représentativité institutionnelle avec les élus dont j'ai communiqué le nombre plus haut, nous avons un très grand parti qui couvre toute la Côte d'Ivoire et qui met en place ses instances.

LP : Vous parlez de vuvuzelas, est-ce que vos adversaires peuvent accéder au pouvoir en 2020 ?

Non. D'abord parce que le RHDP dispose de plusieurs atouts : le bilan économique du président Alassane Ouattara d'une part.

D'autre part, le RHDP est fort de la qualité des personnes qui le composent. La plupart des hommes de qualité qui étaient dans l'ancien PDCI sont aujourd'hui au RHDP.

Je veux citer le vice-président de la République Daniel Kablan Duncan, le président du Sénat Ahoussou Jeannot, le président du Conseil économique et social Charles Koffi Diby, le ministre Achi Patrick.

La liste est très longue. Au niveau du bureau politique, qui est l'un des organes importants du RHDP, sur 3000 membres, vous avez 1300 qui viennent du PDCI. Le RHDP est composé de près de 40% de militants issus du PDCI.

Le président Henri Konan Bédié s'est exprimé dans un média français. Il a parlé de l'invasion massive de toute la Côte d'Ivoire par des soidisant orpailleurs armés ; de fraudes massives sur la nationalité ivoirienne sur laquelle, selon lui, le gouvernement ne mène aucune enquête pour arrêter ces phénomènes. Estce que finalement, les autorités ont donné accès à la nationalité ivoirienne à des Burkinabè comme le prête Henri Konan Bédié ?

C'est malheureux que ce soit encore le président Henri Konan Bédié qui revienne sur le sujet de l'ivoirité. Il y a près de 20 ans, il a précipité le pays au bord du gouffre en mettant en place une politique de catégorisation des Ivoiriens.

Le président Henri Konan Bédié est rattrapé par son passé. Il ne peut pas apparenter les orpailleurs à des étrangers.

Il ne peut pas accuser le RHDP de vouloir utiliser les orpailleurs en électeurs futurs. Il faut que nous soyons plus sérieux. Ce que les Ivoiriens attendent de nous, c'est une offre politique. C'est un projet.

La force du président Alassane Ouattara a été qu'en 2010, lorsqu'il a pris rendez-vous avec le peuple de Côte d'Ivoire, il a dit ce qu'il voulait faire au cours de ses meetings.

Il l'a aussi rappelé lors du débat télévisé d'entre les deux tours de la présidentielle face à Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié ayant brillé par son absence parce que n'ayant pas de projet pour la Côte d'Ivoire.

Une élection présidentielle, c'est un rendez-vous avec son peuple. Le président Alassane Ouattara avait pour lui, son équation personnelle, sa vision mais aussi un programme pour les Ivoiriens. Il l'a démontré depuis qu'il est au pouvoir.

Vous parlez d'unité du peuple, est-ce qu'aujourd'hui on ne va pas se retrouver dans une Côte d'Ivoire divisée entre le nord et le sud ?

Pas du tout. Il y a une vraie recomposition politique. Sur 7905 membres du Conseil national du RHDP, vous avez 3290 qui viennent du PDCI.

Acceptez que le cliché de 2010 ne soit plus d'actualité. Aujourd'hui, Alassane Ouattara a fixé le cap. Il a la vision de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent en 2020.

Nous sommes dans une dynamique de développement qui se poursuit. La cohésion sociale passe par la mise à la disposition des populations de centres de santé, d'écoles, de routes. C'est ce qui est en train d'être fait et sera poursuivi.

Ce que nous savons, c'est que le président a fixé le cap, mais il a aussi mis en place une équipe d'hommes et de femmes compétents.

Mahamadou Issoufou a dit qu'il était irremplaçable sur les 22 millions de Nigériens. Le président Alassane Ouattara aura 78 ans en 2020, est-ce qu'il est irremplaçable ?

J'ai beaucoup de respect pour le président Issoufou. Je ne voudrais pas commenter ses propos.

Nous, en tant que direction exécutive, c'est de mettre à la disposition des militants, une machine politique, une machine électorale.

Nous avons pour devoir d'apprécier l'enjeu et le contexte. Le 6 août, le président Alassane Ouattara disait qu'il y a la conscience, il y a Dieu et il y a le contexte avant la prise de toute décision.

Il a donné rendez-vous à tout le monde dans le 1er trimestre de 2020 pour donner sa réponse sur la question. Parce qu'il n'y a pas péril en la demeure. Il a une équipe gouvernementale qui est à la tâche.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.