Congo-Kinshasa: Maintenir l'élan

Après deux mois des vacances, les élèves de l'école primaire et secondaire vont reprendre les cours le 2 septembre prochain. En prévision de cette date, les parents nantis ont déjà commencé les préparatifs de la rentrée scolaire 2019-2020.

Ce qui n'est pas le cas des familles pauvres qui, jusque-là, ne savent pas à quel saint se vouer. A la base, elles éprouvent d'énormes difficultés pour faire face aux multiples dépenses liées à la rentrée scolaire.

Entre-temps, les commentaires sont dans tous les sens. Les parents et les gestionnaires de l'enseignement publics ont des sujets tournés vers les recommandations de la Table ronde sur l'opérationnalisation de la gratuité de l'éducation de base. Un forum qui a ouvert ses portes, hier jeudi à Kinshasa. Organisées en vue de fixer l'opinion sur le véritable sens de la gratuité de l'éducation fondamentale, ces assises sont beaucoup attendues par les parents.

Contrairement aux années antérieures, l'initiative prise par Félix-Antoine Tshisekedi lors de la campagne électorale de décembre 2018 est encourageante. Mais, ce qui importe de plus, c'est le maintien de l'élan actuel. Surtout, quand on sait que depuis les années 90, l'Etat congolais a lourdement chargé les parents. Il les a contraints de prendre en charge les études de leurs enfants. Un chemin de la croix pour la plupart des géniteurs classés parmi les gagnent petit.

Pour couper court aux rumeurs qui risqueraient de désorienter certains parents, il est du devoir de l'Etat de prendre des mesures allant dans le sens d'alléger la tâche aux parents. A qui profite la gratuité de l'enseignement fondamental dont on parle tant ce dernier temps ? La réponse est simple. Elle concerne les élèves du primaire issus des écoles publiques. Les détails sur cet épineux problème qui défraie la chronique seront connus à l'issue de ces travaux, prévus le 24 août 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.