Afrique: Il est temps de mettre fin au trafic de bois tropicaux convoités

communiqué de presse

L'arbre de palissandre à l'usage polyvalent est célèbre pour son bois couleur rubis, odorant et robuste. Il est utilisé dans la fabrication de meubles, de cannes de promenade, de bateaux, d'instruments de musique, d'outils agricoles et d'objets religieux.

Cette espèce d'arbre, dont le nom est générique pour plusieurs espèces de bois durs de couleur rouge foncé que l'on trouve dans les régions tropicales du monde entier, atteint des prix très élevés, car elle est résistante, lourde, d'une belle teinte rouge et se prête au polissage.

Ironiquement, ces propriétés qui rendent ce bois si populaire semblent être son talon d'Achille. L'arbre, qui pousse entre 1 et 1,20 mètre par an et pouvant atteindre une hauteur maximale d'environ 30 mètres est sur le point de disparaître dans certaines parties du monde.

C'est également un des produits de la vie sauvage le plus trafiqué au monde, avec une valeur commerciale supérieure à celle de l'ivoire d'éléphant, la corne de rhinocéros et les parties du corps de tigre.

En 2013, les délégués de 170 pays, conscients de cette menace pour la biodiversité, ont décidé d'inclure plus de 40 espèces de bois de rose de divers pays à l'Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (en anglais), ce qui signifie que le commerce international de leurs bois serait soumis à une réglementation plus stricte.

Cependant, bien que de nombreux pays aient des lois protégeant le genre biologique connu sous le nom de Dalbergia, la contrebande était responsable d'un tel niveau de déforestation que la Convention a décidé, en décembre 2016, de protéger toutes les espèces de l'arbre.

Du Guatemala à Madagascar, en passant par la Thaïlande à la Zambie, les bois de rose ont été la cible des trafiquants de bois qui cherchent à tirer profit de la demande croissante provenant de Chine.

« La Chine importe de grandes quantités d'espèces de feuillus tropicaux rouge foncés sous forme de bûches pour fabriquer des meubles anciens hongmu (littéralement, bois rouge).

Utilisé historiquement par l'élite impériale, le hongmu est maintenant convoité par la classe moyenne montante », explique le Centre pour la recherche forestière internationale dans un document d'orientation politique de mai 2018 intitulé Mukula (commerce du bois de rose) entre la Chine et la Zambie (en anglais).

En Zambie, on estime que la récolte, le commerce et les exportations annuelles de bois de rose local, connu localement sous le nom de mukula, pourraient atteindre environ 110 000 mètres cubes.

Cependant, le pays perd environ 3,2 millions de dollars de revenus provenant de ce commerce. Cela s'explique par le fait que le bois est exporté sous forme de grumes plutôt que de sciages, en dépit des interdictions d'exportation imposées par le gouvernement, de production et de transport, qui ont parfois créé un cadre juridique déroutant et contradictoire dont les lacunes ont été exploitées par les trafiquants.

D'autres pays renforcent également les initiatives régionales. En juillet 2019, le Ghana a organisé une réunion régionale sur la menace pesant sur le bois de rose à Accra.

Selon la dernière évaluation (en anglais) du secrétariat de la Convention, en 2017, les exportations de la Gambie, du Ghana et du Nigéria représentaient 85% du commerce mondial déclaré de bois de rose Pterocarpus erinaceus.

« Une caractéristique importante du marché du bois de rose est la quantité d'argent impliquée dans ce commerce, qui semble être de l'ordre d'un demi milliard de dollars par an ces dernières années, comme le souligne le chapitre sur le bois de rose de ce rapport.

Cela est beaucoup plus que la plupart des autres marchés illicites d'espèces sauvages et, avec l'augmentation des revenus, les exploitants illégaux et les commerçants sont de plus en plus nombreux à recourir à la violence pour les protéger », précise le Secrétariat dans son évaluation, tout en demandant une surveillance constante des grands marchés du bois dans chacun des pays de la sous-région.

Tim Christophersen, responsable du programme Eau douce, terres et climat du Programme des Nations Unies pour l'environnement, affirme : « La dégradation et la déforestation des forêts tropicales du monde sont responsables de façon cumulative d'environ 11% des émissions nettes de carbone dans le monde.

S'attaquer à la destruction des forêts tropicales, qui abritent des bois de rose parmi d'autres arbres, joue un rôle crucial dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, la prévention des conflits pour l'accès et l'utilisation des ressources naturelles ainsi que la lutte contre le changement climatique. »

Les forêts couvrent un total de 4 milliards d'hectares dans le monde, soit 31% de la superficie totale du terres émergées. Bien que ce chiffre puisse paraître élevé, les forêts du monde disparaissent rapidement.

Entre 1990 et 2000, la perte nette s'est élevée à 8,3 millions d'hectares par an, et la décennie suivante, jusqu'en 2010, la perte nette était estimée à 6,2 millions d'hectares par an. Bien que le taux de perte ait ralenti, il reste très élevé, la grande majorité se produisant dans les régions tropicales.

Le programme des Nations Unies pour l'environnement collabore avec des partenaires clés, notamment la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, afin d'évaluer les menaces environnementales mondiales et régionales causées par les activités illicites. commerce de la faune et du bois.

Dans le cadre de sa campagne Wild for Life, le programme tente de prévenir et réduire la demande de produits issus de la faune sauvage commercialisés illégalement et en danger, y compris des espèces végétales et forestières.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.