Ile Maurice: L'étude de notaire de Sinatambou doit Rs 114 512 d'électricité

D'autres lanceurs d'alerte se joignent aux dénonciateurs qui veulent faire exposer au grand jour les agissements du ministre de l'Environnement et de la Sécurité sociale. Cette fois-ci, l'on parle de Rs 114 512 de factures d'électricité impayées à l'étude de notaire d'Etienne Sinatambou. Soit la même étude - sise à GR PCL Building, 43, Sir William Newton Street, Port-Louis - qu'occupait son défunt père et qui d'ailleurs porte toujours le nom de ce dernier, George Edmund Sinatambou.

On parle d'une quinzaine de factures du Central Electricity Board (CEB) impayées. Et ce, sans compter la dernière. Shamshir Mukoon, directeur général par intérim du CEB, que nous avons joint au téléphone hier, jeudi 22 août, confirme des impayés du ministre, mais soutient ne pas avoir les chiffres en tête. Il explique qu'il y a un contentieux entre Etienne Sinatambou et le CEB.

«Il dispute les données du compteur. Il a un point de vue indépendant et nous, nous avons le nôtre. Le CEB a fait deux vérifications avant de dresser un rapport et nous maintenons notre position», argue Shamshir Mukoon. Que se passe-t-il dans un tel cas ? lui avons-nous demandé. «S'il y a toujours un différend, l'affaire sera portée en cour et ce sera à la justice de trancher», affirme le directeur général par intérim du CEB.

Tests d'ingénieurs

Litige que confirme le ministre-notaire Sinatambou. «Nous avons un litige avec le CEB. Nous leur avons envoyé une lettre pour leur expliquer qu'une unité qui a seulement trois pièces ne peut pas avoir une facture d'électricité de Rs 12 000 par mois. Nous avons des ingénieurs électriques qui sont en train de faire des tests pour savoir qui a raison et où est le problème. Et je ne m'occupe même pas de ça.»

Par ailleurs, il nous revient que Shamshir Mukoon s'est rendu au bureau de l'organisme parapublic à Port-Louis, hier, pour demander à un employé qui y est affecté d'adresser une lettre à Etienne Sinatambou pour lui demander de régler ses factures. Confronté à cela, le directeur général par intérim du CEB a répondu s'être rendu dans la capitale et s'est retrouvé à un moment dans la cour du bureau du service clientèle du CEB. «Mais ça n'avait rien à faire avec cette affaire. J'y étais car j'étais parti prendre mon passeport.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.