Cote d'Ivoire: Coupe du monde de basket 2019 - Quels éléphants pour quel résultat

On ne le dira jamais assez. La Coupe du monde 2019 de basketball en Chine (31 août15 septembre) est une belle tribune d'exposition de la Côte d'Ivoire. Avec une visibilité devant plus de trois milliards de personnes grâce aux nombreux médias qui y seront, la Côte d'Ivoire doit capitaliser cette compétition sportive.

Et le fait de disputer le premier match du tournoi mondial, le match d'ouverture contre le pays hôte, dirige tous les projecteurs sur le pays d'Alassane Ouattara. La Côte d'Ivoire est devenue un partenaire stratégique de la Chine en Afrique subsaharienne.

Mais a-t-elle les moyens d'honorer son rang et tout ce qui est attendue d'elle au rendez-vous chinois ? Une interrogation qui peut trouver toute sa substance dans la préparation de la sélection nationale. Un stage débuté le 9 juillet dernier à Abidjan après une qualification arrachée avec le cœur lors de la dernière fenêtre FIBA au Palais des sports de Treichville.

Malheureusement, la joie des basketteurs d'aller défendre les couleurs ivoiriennes en Chine se transforme presqu'en regrets. Et pour cause ?

Après avoir fractionné de moitié le budget de la compétition, passant de 500 millions à 250 millions de FCFA, la tutelle a décidé de jouer au chat et à la souris avec la sélection nationale.

Les dix jours passés en Côte d'Ivoire sont vécus difficilement par Edi Guy et ses camarades qui menacent même de quitter le regroupement surtout que le programme établi n'est pas respecté.

Le ministre Paulin Danho qui se prépare depuis la qualification pour une autre croisière, cette fois-ci en Chine, s'active et finalement l'équipe s'envole pour une série de matchs en Italie et en Espagne.

Sans que la question des primes de préparation et de la compétition ne soit élucidée. S'agrippant aux promesses du responsable du département des sports ivoiriens, les 17 présélectionnés quittent Abidjan. Ne voyant rien poindre à l'horizon et las des promesses insatisfaites, les athlètes menacent d'observer une grève en Italie.

Un mouvement d'humeur pour réclamer leurs primes de préparation et de participation à la compétition. Une annonce qui a eu le mérite de sortir de ses bureaux du 3ème étage de l'immeuble Sogefiha au Plateau le titulaire du département des Sports.

Après plusieurs autres délais non tenus, Paulin Danho dépêche un émissaire sur place. En Italie, ce dernier remet à chaque athlète 2000 euros (1,3 millions F CFA).

Et cette somme, apprend-on de source proche de la sélection, est un acompte sur les 2,3 millions F CFA à payer aux athlètes.

C'est dire que la Coupe du monde de basket est à moins de 2,5 millions F CFA pour la Côte d'Ivoire. Toute chose qui s'apparente à un total mépris de la part du ministre Danho qui prépare son départ pour la Chine avec une forte délégation (plus de 60 personnes).

Des invités qui y seront en véritables touristes royalement entretenus par le budget de la compétition.

Là où ceux qui y vont pour défendre les couleurs ivoiriennes continuent à broyer du noir. Vivement que l'Etat au plus haut niveau (Présidence ou Primature) s'approprie le cas des basketteurs pour éviter une humiliation à la Côte d'Ivoire en Chine.

En attendant, la délégation ivoirienne quitte l'Italie, lundi, pour la Chine. Dans le pays de Yao Ming, le manager des Eléphants Paolo Povia et ses enfants disputeront une dizaine de matchs.

Ce qui lui permettra d'arrêter sa liste définitive de 12 joueurs pour la compétition. Après avoir sorti quatre joueurs du groupe de 17, il s'est rendu en Chine avec 13 éléments. Un autre sera recalé au terme du stage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.