Algérie: Régions - Des manifestations pour revendiquer le respect de la volonté populaire

Des citoyens dans différentes wilayas du pays ont marché pacifiquement en ce 27ème vendredi consécutif pour réitérer leurs revendications appelant notamment au "changement du système" et au "respect de la volonté du peuple" tout en insistant sur la lutte contre la corruption, ont constaté les correspondants de l'APS.

Les citoyens des wilayas dans l'Est du pays ont battu le pavé des différentes artères des villes dans le calme et la sérénité au milieu de dispositifs sécuritaires déployés à différents points sensibles de ces villes afin d'éviter tout éventuel dérapage.

Les manifestants, moins nombreux que vendredi dernier dans certaines wilayas, ont sillonné les rues de leurs villes brandissant des banderoles sur lesquelles étaient écrits : "Silmiya, silmiya" (Pacifique, pacifique), pour appeler à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution qui stipulent que "Le peuple est source de tout pouvoir".

D'autres groupes parmi les manifestants criaient "al sabi'a wa thamina" (le 7ème et le 8ème) en référence aux articles 7et 8 de la Constitution, affichant leur détermination à poursuivre leur mouvement jusqu'à la satisfaction de leurs revendications.

Encouragés par la fraîcheur relative du climat, les manifestants ont sillonné les principales artères de ces villes en scandant les principaux slogans adoptés depuis le début du mouvement populaire, le 22 février dernier.

A Boumerdès, Blida, Chlef et Djelfa des dizaines de citoyens ont également manifesté, réclamant le "déracinement de la corruption à tous les niveaux" et le "jugement de tous les responsables de la crise que vit le pays".

Les manifestants ont réclamé à travers leurs slogans "le respect de la volonté populaire", "l'application des articles 7 et 8", ainsi que l'amorce d'un réel développement du pays en valorisant les compétences nationales.

1954, et appelé à un consensus entre les différentes franges de la société et de la scène politique, idéologique et culturelle afin de sortir de la crise actuelle.

Les manifestants ont appelé à "l'application de l'article 7 de la Constitution pour une Algérie libre, démocratique et moderne", "le pouvoir au peuple", et leur "refus de dialoguer avec les résidus du système", soutenant que "c'est au peuple de choisir son président". Ils ont réclamé la "libération des personnes arrêtées lors des marches pacifiques", ainsi que "la dissolution de certains partis politiques".

Lire aussi: Régions: de nouvelles marches pour réitérer l'essentiel des revendications de chaque vendredi

Ils ont également insisté sur la continuité des marches pacifiques, jusqu'à la satisfaction de toutes les revendications du mouvement populaire, appelant à l'instauration d'un Etat de droit et la protection des droits et des libertés. Dans leurs slogans les manifestants ont également appelé avec force à l'unité du peuple algérien.

Entre autres slogans, également, les jeunes du hirak ont loué la "lutte contre la corruption", appelé à des "élections propres et honnêtes" et à "une autorité indépendante pour l'organisation et la surveillance des élections".

Les manifestants ont insisté dans leurs slogans sur la "lutte contre la corruption et le jugement des corrompus au niveau local et national", "le recouvrement des fonds dérobés" et le "départ des figures de l'ancien système".

En raison des fortes chaleurs, enregistrées actuellement dans la plupart des régions du Sud, les organisateurs de ce mouvement populaire, à l'instar des wilayas d'Adrar, El Oued et Tamanrasset, préfèrent attendre la période après la prière d'El-Asr pour organiser des marches avec les mêmes revendications politiques.

Dans le cadre des activités de "Manaber El-Hirak" (tribunes du Hirak), des débats politiques ouverts sont animés autour des réformes et le changement politique escompté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.