Madagascar: Projet GEMAHA à Tsihombe - Générer de l'électricité renouvelable dans l'Androy, grâce au Jatropha

Un projet d'exploitation du jatropha pour produire de l'électricité, est en passe de gagner son pari de pouvoir générer de l'électricité renouvelable grâce à une ressource locale pérenne, renouvelable et génératrice de croissance économique. Il s'agit du projet GEMAHA basé à Tsihombe dans la région Androy, inauguré en juin dernier.

Le projet GEMAHA (Génération d'Electricité à partir de Jatrophamahafalensis), ambitionne d'assurer, à travers la production de biocarburant issu du jatropha, l'électrification des localités rurales de l'Androy, tout en accompagnant l'amélioration des revenus des villageois grâce à la collecte de graines de jatropha. Ce projet qui a vu le jour en 2015, est le fruit d'une rencontre entre le centre de recherche français CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et l'entreprise rurale malgache Phileol, dont l'activité principale était la production d'huile de ricin destinée à l'exportation.

Face aux charges lourdes de cette usine en matière d'électricité, elle a répondu à un appel à propositions lancé par le programme ENERGIES de la Commission de l'océan Indien (COI), en partageant son intention de se lancer davantage dans l'exploitation des graines de jatropha pour générer de l'électricité. Sur la base de l'association de plusieurs compétences, le CIRAD a proposé à cette entreprise rurale, mais également à la recherche malgache en agronomie à travers l'ESSA (Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques) de l'Université d'Antananarivo, et au ministère de l'énergie à travers l'ADER (Agence de développement de l'électrification rurale), de déposer une note de présentation du projet. Un premier pas qui marque le début d'une belle aventure, car actuellement, le projet GEMAHA semble être sur les rails et sa première année de production, démarrée en juin 2018, a été concluante.

Objectifs. Ce projet vise surtout la valorisation du jatropha aussi bien au niveau local que pour l'export. Les objectifs attendus sont notamment l'autonomie en électricité d'une trentaine de communes dans quatre districts de l'Androy, et le développement économique de l'entreprise, ainsi que l'amélioration de la situation financière des villageois en obtenant un complément de revenu grâce à la collecte des graines de jatropha achetées par l'entreprise.

D'après le coordonateur du projet, Gilles Vaitilingom, du CIRAD, l'espèce exploitée à savoir le Jatropha mahafalensis, ne représente pas de menace. Plante endémique, elle est non invasive et cohabite avec les autres plantes. Implanté dans trois régions du Sud : Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy, le Jatropha Mahafalensis est disséminé à travers tout le plateau Mahafaly d'où il est originaire. Selon une étude de WWF datant de 2013, le potentiel annuel de graines est de 13.000 tonnes. Le projet GEMAHA ambitionne d'acheter 600 tonnes par an.

Rappelons que ce projet est cofinancé à hauteur de 164.000 euros par le programme ENERGIES qui ensuite est financé par l'Union européenne et mis en œuvre par la COI.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.