Mali: La population réclame la réparation de l'axe routier Kayes-Bamako

Une rue de Kati au Mali. (Image d'illustration)

Dans le sud-ouest du pays, plusieurs barrages ont bloqué la circulation. Les habitants déplorent la dégradation de la chaussée sur l'axe Kayes-Bamako. À l'origine de ce mouvement de protestation, un accident meurtrier survenu en début de semaine.

L'accès à Kayes par voie aérienne ou par voie ferroviaire est fermé. Pour parcourir les 500 km qui séparent l'une des plus grandes villes du Mali à la capitale, même la voie terrestre est devenue impraticable, explique Mamadou Dem, élu de la commune rurale de Kouniakari.

« La population, de façon spontanée, a décidé de bloquer la seule voie d'accès pour aller en Mauritanie ou bien au Sénégal, qui est le pont de Kayes. Et toutes les autres grandes villes allant vers Bamako se sont ralliées au mouvement, pour dire "trop c'est trop, trop de morts, trop de dégâts matériels". »

Selon un communiqué du ministère des Infrastructures datant du 23 octobre 2018, les travaux ont bel et bien commencé. Mais les habitants attendent encore la réhabilitation de l'axe routier, poursuit l'élu local.

« Jusqu'à présent, il n'y a pas une seule pierre qui a été posée sur la route. Les autorités n'ont pas tenu leurs promesses. Aujourd'hui, de Bamako pour la ville de Kayes, il faut 13h de route. C'est tellement long, avec des trous partout, des nids de poule partout. Surtout en cette période hivernale, c'est intenable. »

Les barrages sont levés depuis ce samedi à minuit. Les manifestants espèrent que les négociations pour les travaux seront ouvertes prochainement. Dans le cas contraire, ils n'excluent pas de reprendre le blocage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.