Ile Maurice: Agro-industrie - le «ti pima ver» affecté par trois insectes et une maladie

Entre Rs 50 et Rs 75 le quart de kilo. Tel est le prix des petits piments verts sur les étals des marchés à travers l'île. Étrange pour un condiment prisé des Mauriciens. Selon les professionnels de l'agro-industrie, le petit piment vert est la proie de trois insectes, sans compter qu'une maladie s'y est ajoutée.

La principale raison de la hausse des prix c'est que les plants de piments ont été dévastés à la suite des grosses averses du début d'année. «Près de 80 % des champs de piments ont été complètement détruits. L'accumulation d'eau dans ces terres a donné lieu à des maladies. Les planteurs ont donc abandonné la culture de «ti pima ver» pour un moment», explique Krepaloo Sunghoon, secrétaire général de la Small Planters' Association.

La maladie en question s'appelle l'anthracnose. C'est ce que nous avons obtenu du Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI). Cette maladie ronge les piments et les feuilles, laissant un aspect noirâtre aux piments. «Au FAREI, nous sommes toujours à l'étape de la recherche. Nous étudions différentes variétés de piments afin d'en introduire une qui soit la plus résistante possible aux maladies», avance le Dr Ganeshan Seelavarn, Chief Executive Officer.

Les planteurs ont aussi remarqué la présence de thrips dans les champs de piments. Le directeur du FAREI explique que, trois insectes ravageurs se sont attaqués aux plants. «Il y a des thrips, des pucerons mais aussi les araignées rouges. Le premier cité est un petit insecte suceur et le dernier est le plus ravageur.»

Les agriculteurs déplorent que les insecticides chimiques soient de plus en plus interdits d'utilisation. «Les autorités devraient nous donner une alternative plus respectueuse de la santé. Mais rien ne nous est proposé», affirme le porte-parole des petits planteurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.