Sénégal: Fronde au sein du PDS - Le MEEL et l'UJTL chargent Oumar Sarr et Cie accusés de vouloir saboter le parti

Pour apporter la réplique à Oumar Sarr et compagnie qui dénoncent le dernier réaménagement du Secrétariat national du Parti démocratique sénégalais (Pds), le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) et l'Union des jeunesses travaillistes et libérales ont organisé hier, vendredi 23 août, une conférence de presse.

A cette occasion ces jeunes ont accusé Oumar Sarr et ses amis frondeurs de vouloir saboter le parti. La crise qui sévit au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds) n'est pas loin de connaître son épilogue.

Alors que la sortie du groupe des frondeurs regroupés au sein du «Comité d'initiative pour la refondation du Parti démocratique sénégalais» qui rejette le dernier réajustement apporté au Secrétariat national du Pds jugé favorable à Karim Wade était attendue, le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) et l'Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) sont entrés dans la dance pour apporter la réplique à Omar Sarr et Cie.

Face à la presse hier, jeudi 23 août, les camarades de Daddy Diatta, secrétaire général du Meel ont accusé Oumar Sarr et ses amis démissionnaires de leur poste de responsabilité au sein du Pds, suites aux ajustements signés le Secrétaire général national Me Abdoulaye Wade de vouloir saboter le Parti démocratique sénégalais. «Ces dernières semaines, certains responsables, sous la conduite de Oumar Sarr, s'inscrivent dans une logique de sabotage du parti», se désole le Sg Daddy Diatta.

Selon lui, cela est dû au faite que Me Abdoulaye Wade leur a retiré «les privilèges de décider de façon autoritaire, opaque et clanique» du sort des militants et militantes. De ce fait, ajoute-t-il, «ils mettent en avant leurs propres personnes, au détriment des intérêts du parti». En outre, révèle-t-il, pour des raisons pécuniaires et matérielles, «ils souhaitent liquider leur généreux bienfaiteurs, Karim Wade, à qui ils ont décidé de faire porter haineusement tous ces torts».

Toujours dans son argumentaire, le Secrétaire général des élèves et étudiants libéraux de signaler que Oumar Sarr et compagnie «ont cherché désespérément à faire partir le président Wade, avant l'heure».

Suffisant pour que le Meel exige un audit de la gestion du parti par Oumar Sarr, non sans demander à la direction du parti de constater sa démission et celle de ses camarades frondeurs. Pour finir Daddy Diatta et ses camarades appellent aux militants à la vigilance et au travail. «Nous les invitons à resserrer les rangs, dans la cohésion et la solidarité afin de redynamiser et massifier notre parti dans un esprit d'ouverture», lance M. Diatta.

Faisant toujours dans le recadrage, Marie Sow Ndiaye, présidente de la Commission féminine de lynchera Omar Sarr et Cie placés sur le banc des accusés au sein du Parti démocratique sénégalais. Elle n'a pas manqué de d'interpeller les frondeurs à travers une série d'interrogations, exigeant des réponses aux questions liées à leur «comportement» et les «nombreuses incohérences» dans leur démarches.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.