Sénégal: Risques d'exclusion des frondeurs par le camp de Karim Wade - Oumar Sarr et compagnie menacent de porter plainte

Les frondeurs au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds) déchirent l'acte constituant le remaniement du Secrétariat national de leur parti.

En conférence de presse hier, vendredi 23 août, Oumar Sarr et compagnie, regroupés en une "Alliance Suqali Sopi", qui estiment que ledit acte est entaché d'illégalité conformément aux statuts de leur parti, promettent de ne reculer devant rien, pour défendre le respect des lois du parti et la démocratie interne. Lui et ses camarades frondeurs menacent de porter l'affaire devant le tribunal, si toutefois le camp de Karim Wade décidait de les expulser du parti.

C'est parti pour une guerre ouverte sans précédent entre le camp du fils de l'ancien président, Karim Wade et les frondeurs du Parti démocratique sénégalais (Pds), suite aux profondes modifications apportées dans la nomenclature du Secrétariat national du parti. Les deux camps rivaux qui se regardent en chiens de faïence risquent de poursuivre leur bras de fer au tribunal. Pour cause, le désormais ancien Secrétaire national adjoint du Pds, Oumar Sarr, même s'il réclame toujours ce poste au sein du parti, et ses camarades «rebelles» constitués en "Alliance Suqali Sopi", promettent d'attraire leurs camarades rivaux devant le tribunal si toutefois, ils mettaient à exécution leur menace de les expulser du parti.

En conférence de presse hier, vendredi 23 août, le maire de Dagana informe que «s'ils veulent prendre des mesures (l'exclusion) en s'appuyant sur des actes illégaux nous irons au tribunal, parce que nous avons la légalité avec nous». Sur le fondement de ses assertions, Oumar Sarr laisse entendre que les articles 20, 21 et 32 du statut du parti «indiquent que seul le Bureau politique peut procéder à des modifications provisoires». Suffisant pour lui de considérer comme «illégal» l'acte constituant ce Secrétariat là du point de vue des statuts du parti.

Par conséquent, lui est ses camarades promettent de se battre jusqu'à leur dernière énergie pour que la démocratie et les lois du parti soient respectées. Sur ces points, ils disent ne pas faire de concession. «Nous allons voir ce qu'ils vont faire, mais sur ces questions-là nous ne pouvons pas reculer», prévient-il. Pour ce faire, lui et ses camarades frondeurs constitués en alliance, envisagent, autour d'un directoire qui reconnait toujours Me Abdoulaye Wade comme leur Secrétaire général national et leur leader, de faire des tournées à l'intérieur du pays et ailleurs dans la diaspora pour inviter les militants du Pds qui veulent que le parti fonctionne normalement, à se battre sur les questions essentielles. Ils n'ont pas manqué d'appeler les militants, les responsables, les sympathisants, ainsi que tous ceux qui croient au Libéralisme social et démocratique, quels que soit leurs choix lors de la dernière élection présidentielle, à les rejoindre dans leur combat.

A noter, ont pris part à cette conférence de presse, Oumar Sarr, Me El Hadji Amadou Sall, Babacar Gaye, Ahmed Fall «Braya», Abdou Aziz Diop, Alinard Ndiaye, entre autres responsables libéraux. Même des gens qui se réclament "Karimistes" ont pris part à la conférence de presse, d'hier, qui s'est tenue dans une salle archicomble de militants acquis à la cause des frondeurs

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.