Sénégal: Docteur Maurice Soudieck Dione sur les remous au sein PDS - «Karim Wade apparait comme un leader incontournable du PDS»

Dans les remous qui secouent le Parti démocratique sénégalais (Pds), avec cette fronde menée par Oumar Sarr et ses camarades, il reste évident que Me Wade ne reculera devant rien dans sa volonté de mettre son fils Karim Wade en selle.

C'est du moins la conviction du Docteur en Science politique, Maurice Soudieck Dione, qui reste formel que Karim Wade se positionne comme «un leader incontournable» au Pds, dans la mesure où tous les combats du parti, ces six dernières années, se sont faits autour de sa personne et qu'il a été le seul à endurer la prison dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis. L'Enseignant-chercheur à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis n'a pas manqué d'estimer que les frondeurs n'ont aucune chance dans le combat qu'ils comptent mener en interne.

Ne pensez-vous pas, qu'à l'image des remous qu'on a connus dans certains partis, Oumar Sarr et sa bande auraient mieux fait de quitter le PDS pour former une autre formation?

C'est une possibilité. Mais lorsqu'on entend les déclarations des frondeurs, la plupart réaffirment leur volonté de rester au Pds en tant que militants. Cela implique comme conséquences qu'ils choisissent de se battre au sein du parti. Mais, il faut dire que Karim Wade et ses partisans ont des longueurs d'avance sur les frondeurs. Car, les visées de Karim Wade sur le Pds remontent au moins à 2006 avec la création de la Génération du Concret. La première tentative de contournement, d'encerclement et de phagocytose du Pds par la génération du Concret échoue, à la suite des déboires électoraux cuisants des membres de ce mouvement lors des Locales du 22 mars 2009. Le réaménagement du Secrétariat national du Pds du 8 août 2019, consacre la seconde tentative de contrôle du Pds à partir de l'intérieur, en réceptionnant dans l'ordre institutionnel du parti, le pouvoir informel de Karim Wade, qui fait une entrée en force avec ses partisans, et avec une mainmise sur les postes les plus stratégiques, notamment en ce qui concerne l'organisation, l'orientation, la modernisation et les stratégies politiques du part.

Quid de la légitimité de Karim Wade au Parti démocratique sénégalais (Pds) ?

Il faut préciser qu'il y a une nouvelle donne au Pds liée à la construction d'une légitimité effective pour Karim Wade pour plusieurs raisons. D'abord, parce que sur la liste des 25 éminents clients potentiels de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), il a été la principale victime de cette traque détraquée des biens mal acquis. En effet, la traque a été une mascarade politique notoire, sélective et attentatoire aux droits et libertés des mis en cause, notamment Karim Wade, dont la détention a été perçue comme une injustice flagrante tant par l'opinion nationale qu'internationale. (... ) Il y a également que depuis pratiquement six ans, à compter de l'ouverture de la procédure judiciaire devant la Crei en 2013, tous les combats du parti ont été structurés autour de la défense et de la libération de Karim Wade, en plus des nombreux mouvements de soutien pour porter sa cause. Donc la légitimité historique de militant et de responsable du parti qui lui faisait défaut a été compensée par une légitimité politique liée aux épreuves de l'emprisonnement qu'il a endurées dans le cadre de la traque des biens mal acquis, avant d'être libéré à la faveur d'une grâce présidentielle après trois ans de prison, puis exfiltré de Rebeuss et exilé au Qatar, dans des conditions rocambolesques. Ensuite, Karim Wade a été le candidat du Pds pour la Présidentielle de 2019, et donc a polarisé toutes les énergies du parti à cet effet. Il apparaît donc comme un leader incontournable du Pds, celui qui a fédéré le parti autour de son incarcération et de sa libération, et qui a encore regroupé le parti autour de sa candidature, et qui aujourd'hui mobilise et galvanise des franges importantes du Pds.

Dès lors est-ce que les frondeurs pourront résister de l'intérieur aux puissantes vagues de la «Karimisation»?

Sont-ils organisés autour d'un leader charismatique pour mener ce combat dans le parti ? Le réaménagement du Secrétariat national du Pds est-il un motif suffisamment convaincant pour créer un nouveau parti ? En tout état de cause, le Pds, depuis sa création, a toujours été en quelque sorte la propriété privée de Me Wade. Cela se justifiait à l'époque par la nécessité de lui donner les moyens juridiques et politiques de résister à toutes les manœuvres de déstabilisation ourdies par les régimes socialistes successifs des Présidents Senghor et Diouf. Me Wade était, par ailleurs, un principal financier de son parti, en plus de son charisme exceptionnel, qui fit que le Pds a su se relever de toutes les crises qu'il a traversées. Donc, le soutien inconditionnel de Me Wade au clan de Karim va être déterminant, et de toute évidence, c'est autour de ce clan que va se réorganiser le Pds. Si les frondeurs persistent, ils seront poussés à la sortie, comme cela s'est toujours passé dans l'histoire du Pds. Mais, il faut relever que le parti est dans une phase de transition et d'organisation de la succession de Me Wade, et sous cet angle, la manière dont cette crise sera gérée, sera décisive pour l'avenir du Pds.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.