Cote d'Ivoire: Ces gestes qu'il faut...

billet

La Côte d'Ivoire a passé l'étape de la reconstruction, après la grave crise post-électorale qu'elle a traversée en 2010.

Elle a retrouvé la place qui était la sienne du temps du père fondateur, le Président Félix Houphouët-Boigny. C'est un pays qui compte à nouveau. Aujourd'hui, le défi à relever est, selon nous, la consolidation des acquis. A ce stade, il serait bon pour l'ensemble des Ivoiriens de méditer cette citation de John Fitzgerald Kennedy dans son discours d'investiture prononcé le vendredi 20 janvier 1961 : "Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays". Cette citation est plus que jamais d'actualité pour nous Ivoiriens engagés sur la voie périlleuse de la consolidation des acquis.

Nous devons tous comprendre que l'avenir de notre pays dépend de nos comportements quotidiens. Nous avons eu la chance inouïe d'avoir comme Président Alassane Ouattara qui a une vision pour la Côte d'Ivoire. Avec son équipe, il s'est attelé à sortir le pays de la zone rouge. Il joue au quotidien sa partition pour garder le cap. Mais comme on le dit, une hirondelle ne fait pas le printemps. C'est grâce à un effort d'ensemble que nous mènerons le navire Ivoire à l'émergence. Oublions surtout la politique politicienne qui consiste à s'engager dans une attitude d'opposés. Prenons, par exemple, la question de la recomposition de la Commission électorale indépendante.

Nous avons tous lu l'arrêt de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples qui parle clairement de recomposition et non de réforme de la Cei. Elle a souhaité un rééquilibrage au niveau de la participation de la société civile dans la Commission chargée d'organiser les élections. En sus, c'est une Ong et non un parti politique qui a saisi cette Cour. Aujourd'hui, des politiciens, notamment ceux du Pdci-Rda qui, hier, applaudissait la mise en place de la Cei qui a conduit la présidentielle de 2015, crient au loup. Sûrement que vu leurs âges, ils sont frappés d'Alzheimer. Mais les plus jeunes doivent comprendre que cette attitude pourrait être préjudiciable pour l'avenir de notre pays. Parce que de façon insidieuse, on prépare une partie des Ivoiriens à contester les résultats de la présidentielle 2020.

Cette pratique de s'opposer pour s'opposer, dans la phase de la consolidation des acquis, doit disparaître. A ce stade, tout est encore fragile et l'on peut, à tout moment, redescendre de manière vertigineuse dans le gouffre amer de l'obscurantisme. Est-cela que ces politiciens recherchent ? Probablement, lorsque l'on voit que certains de leurs suiveurs ont trempé leur plume dans l'encre de la mauvaise foi et peut-être de la haine pour parler de complot international, au lendemain du satisfecit adressé au gouvernement par Moussa Faki Mahat, président de la Commission de l'Union africaine, pour avoir pris en compte l'arrêt de Cadhp.

Pour ne pas retomber dans la stratosphère de la violence et de la destruction, il y a des actes à poser. Nous devons comprendre que c'est par nos gestes quotidiens, même les plus banals ou basiques, que nous arriverons à garder le cap. Nous devons comprendre que ce n'est pas au Président ou au ministre de venir régler la circulation ou verbaliser tous ceux qui brûlent les feux. C'est à nous d'avoir des comportements citoyens. Savoir qu'on doit, chacun à son niveau, participer au développement de notre pays. Savoir qu'on ne doit pas jeter les ordures n'importe où et n'importe comment. Savoir qu'il faut respecter les lois qui régissent notre société. Savoir aussi et surtout qu'il faut aimer son pays.

La semaine dernière, certains se sont réjouis d'un rapport d'une Ong internationale qui disait que le niveau de la corruption était élevé en Côte d'Ivoire. Nous n'allons pas entrer dans les détails, mais juste dire avec la Haute autorité pour la bonne gouvernance que sur la période de 2013 à 2018, la Côte d'Ivoire a été classée par Transparency International parmi les 3 pays qui ont réalisé les meilleurs progrès au monde. Ce sont l'Argentine (+8 points), la Côte d'Ivoire (+8 points) et la Guyane (+ 9 points). Il faut que chacun fasse son travail pour informer les Ivoiriens. Les cellules de communication ne doivent pas être un réceptacle de personnes qui n'ont pas de prérequis. Dans la consolidation des acquis, l'on ne devrait pas s'embarrasser de fioritures pour faire régner la rigidité et la coercition.

Nous ne pouvons pas terminer notre rendez-vous hebdomadaire sans revenir sur le décès de Dj Arafat. Laissons sa famille et ses "Chinois" le pleurer. Il ne doit cependant pas être question pour les jeunes de l'imiter à tort et à travers. Qu'il ait été dans une secte ou dans tout autre chose, c'est au Créateur qu'il rendra compte, et nous tous d'ailleurs. Il faut arrêter de faire le buzz sur sa mort, même si lui-même, de son vivant, en raffolait.

C'est vrai que la résurrection d'un mort pour ceux qui croient en Dieu est possible, mais vouloir coûte que coûte une certaine popularité, qui plus est, en exploitant la mort d'un être humain... Ayons plus de respect pour autrui et pour nous-mêmes. Nous ne sommes pas des mécréants. Dans ces moments, la famille éplorée est tellement fragile que tout vendeur d'illusions peut en tirer profit. Le gouvernement ne doit pas se limiter à seulement poursuivre les personnes pour la diffusion d'images, mais aussi pour escroquerie morale. A bon entendeur...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.