Burkina Faso: La colère de certains militaires après l'attaque de Koutougou

Au Burkina Faso, des tirs ont été entendus au camp militaire Guillaume-Ouédraogo de la capitale, dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 août. Dans un communiqué, le gouvernement informe que ces tirs sont dus à la colère des soldats suite à l'attaque de Koutougou qui a fait 24 morts dans les rangs des forces armées burkinabè. Cet incident n'est pas le premier depuis l'attaque de Koutougou. Le porte-parole du gouvernement assure les populations que le calme est revenu, suite à des échanges avec l'état-major général des armées.

Certaines chancelleries avaient même conseillé à leurs ressortissants d'éviter plusieurs parties de la capitale suite à ces tirs sporadiques. Dans l'après-midi du 23 août, le gouvernement a fait un communiqué pour expliquer qu'il s'agissait d'une manifestation de colère des soldats contre l'attaque du détachement militaire de Koutougou. Il a également assuré que le calme est revenu au sein du camp.

Selon une source sécuritaire, des soldats exigeaient de nouvelles mesures et conditions avant leur redéploiement sur le site attaqué. Après des échanges avec l'état-major général des armées, des promesses ont été faites et le calme est revenu.

Pas le premier incident

Ce n'est pas le premier incident survenu dans ce camp, depuis l'attaque du détachement militaire de Koutougou et son lourd bilan. Dans la matinée du mercredi 21 août, des soldats avaient tenté de barricader l'entrée du camp pour empêcher certains supérieurs hiérarchiques d'y accéder.

L'état-major général des armées avait également diffusé un communiqué qui parlait d'« une vive émotion » ressentie au sein des unités dont des soldats avaient été victimes de l'attaque de Koutougou. En fait, les militaires dénonçaient plutôt les conditions de prise en charge de leurs camarades blessés au cours de l'attaque, selon notre témoin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.