Cote d'Ivoire: Filière riz - Des stratégies proposées pour la redynamisation de l'interprofession

Un atelier en vue de faire le diagnostic de l'Organisation interprofession de la filière riz (Oia-Riz) s'est déroulé, jeudi et vendredi derniers, à Bouaké, à l'initiative du Projet d'appui au développement des filières agricoles (Padfa).

Il s'est agi d'une part, de relever les forces et les faiblesses en matière de prise en compte des normes de durabilité dans ladite interprofession et, d'autre part, de dégager des perspectives en termes de stratégie de développement.

Au terme des deux jours de travaux dont a pris part des acteurs de la filière riz, l'administration publique et des partenaires techniques, un certain nombre de goulots d'étranglement ont été identifiés.

Il s'agit, entre autres, de l'absence de financement au niveau de la production, de l'insuffisance de subvention aux structures d'encadrement, du manque de subvention pour l'acquisition de matériel agricole, du faible niveau de mécanisation, de la mauvaise maîtrise de l'eau par les producteurs, de l'insuffisance d'aménagements de qualité, des difficultés d'écoulement du paddy, de l'inexistence du dispositif semencier.

Pour faire donc face de façon durable à ces goulots d'étranglement, les participants ont proposé des stratégies pour la redynamisation de l'interprofession. Ces stratégies vise à créer un fonds dédié à la riziculture, à clarifier et purger les droits coutumiers sur les périmètres rizicole aménagé par l'Etat.

A cela, il faut ajouter la mise en place d'un comité de fixation et de régulation des prix, la construction des magasins de distribution, la sensibilisation au respect des normes de commercialisation, le financement des emballages réglementaires, la mise en place de crédits de distributeurs de riz... la fourniture du matériel agricole de qualité (calibreuse, humidimètre, trieuse optique, ensacheuse, polisseur).

Prenant la parole à la clôture de l'atelier, Auguste Baïmé, coordonnateur du Padfa a pris l'engagement de mettre en œuvre ce plan d'action.

D'ailleurs, lors de son intervention à l'ouverture de l'atelier, Katou Boni Francis, secrétaire général de préfecture, représentant, Tuo Fozié, préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké, a révélé que la Côte d'Ivoire avait un déficit annuel de 50% de ses besoins en riz.

A l'en croire pour atteindre l'autosuffisance en riz, le gouvernement a mis en place une stratégie nationale de développement de la riziculture (Sndr) qui couvre la période 2012 à 2020.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.