Bénin: Les dernières confidences de Marcel De Souza, avant sa mort

Marcel De Souza fut la dernière personnalité béninoise à bénéficier, malgré leurs rapports froids la dernière signature de Yayi Boni, lequel le présentait comme candidat de son pays à la tête de la présidence de la Commission de la Cedeao.

Selon des confidences de première main, parvenues à Confidentiel Afrique, Marcel De Souza avait confié à ses dernières heures avant sa disparition, mardi 16 juillet 2019 à Paris, à l'âge de 65 ans, avoir reçu la pression d'un chef d'État de la sous-région qui n'a cessé de murmurer dans l'oreille du Président beninois Patrice TALON pour le non renouvellement de son mandat à la tête de la CEDEAO qu'il dirigeait depuis sa nomination le 22 mars 2016, pour positionner son poulain ivoirien pour lui succéder.

Beaucoup d'observateurs avertis à l'époque ne comprenaient pas les raisons de Cotonou de n'avoir pas parrainé la reconduction du mandat de l'ancien ministre béninois, Marcel De Souza.

Quelques mois après sa mort, les secrets sortent petit à petit dans le cercle restreint de l'ancien Président de la Commission de la Cedeao.

Selon une source autorisée, le Président Alassane Ouattara avait beaucoup manœuvré en coulisses, pour faire passer son candidat à la tête de la présidence de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Brou, en remplacement du Béninois Marcel De Souza.

Le Chef de l'État Alassane Ouattara était en tandem avec le Président Patrice Talon pour signer la non reconduction du mandat de De Souza au profit du candidat ivoirien Jean-Claude Brou.

Les proches dans les secrets de Marcel De Souza ont encore cette amère pilule au travers la gorge. Notre source formelle nous a révélé que :" Alassane Ouattara à tout fait pour que Marcel de Souza ne brigue pas un nouveau mandat.

Le Président reprochait à De souza Alassane sa posture ferme et intransigeante dans le traitement du dossier de l'ancien Chef de l'État de Gambie et de n'avoir pas été consulté dans la stratégie de mise à l'écart de l'ex- homme fort de Banjul.

Selon une confidence arrachée de son entourage immédiat, Marcel De Souza affirmait que c'était à l'initiative du président Buhari du Nigeria, du Président sénégalais Macky Sall et de Hélène Johson Searleaf du Libéria qui présidait la Cedeao qu'il a agi de cette façon dans cette opération.

Deuxième élément intervenu comme un cheveu dans la soupe, expliquant la froideur des rapports entre Ouattara et Marcel De Souza, est le coup d'État survenu au Burkina".

Un cocktail explosif qui a électrocuté le siège du béninois Marcel De Souza. "Alassane Ouattara a eu sa tête pour imposer son candidat de préférence" confie notre source.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.