Togo: Comment attirer les investisseurs japonais ?

Photo: Togonews
Faure Gnassingbé accueilli dimanche à l'aéroport de Tokyo par Yoshifumi Okamura
26 Août 2019

Faure Gnassingbé entend mettre à profit son séjour au Japon pour mobiliser l'investissement.

Son pays s'est doté d'un plan national de développement (PND) qui s'appuie à 65% sur le secteur privé et sur des apports étrangers. Le coût total du projet est estimé à 8 milliards d'euros.

Le Japon n'est pas la Chine. Si Tokyo est présent sur le continent africain depuis des décennies, cette présence s'illustre surtout par des aides publiques, via la JICA, l'Agence de coopération. Les investissements y sont plus modestes.

L'approche du Japon est bien différente de celle de Pékin. Le gouvernement n'intervient pas. C'est du business sans considérations politiques.

A l'heure actuelle, il n'y a aucune présence privée japonaise au Togo. La coopération publique est elle très active avec la construction de ponts et de routes, le financement du Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC), le financement du Kennedy Round, la fourniture d'équipements hospitaliers ou des projets d'assainissement. Le tout financé par la JICA.

Le président togolais, qui participera le 28 août à la TICAD 7, souhaite attirer l'investissement. Son agenda prévoit une série de rencontres avec les milieux d'affaires et une présentation des grands axes du PND.

Une stratégie qui s'appuie sur les services portuaires et financiers, la logistique, les technologies, l'agriculture et la petite industrie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.