Burkina Faso: Procès du putsch manqué - Le verdict attendu pour le lundi 2 septembre

Procès du putsch manqué de septembre 2015

Ce lundi 26 août 2019, le tribunal a énuméré les questions auxquelles, il apportera des réponses au cours du délibéré final. Entre autres, la chambre de première instance, au vu des preuves et des débats menés durant le procès, répondra par oui ou par non aux questions suivantes :

-L'accusé est-il coupable des faits d'attentat à la sûreté de l'État ?

-L'accusé est-il coupable en connaissance de cause d'avoir aidé ou assisté le général Gilbert Diendéré dans les faits d'attentat à la sûreté de l'État ?

-L'accusé est-il coupable étant Burkinabè d'avoir entretenu une intelligence avec une puissance étrangère ?

-L'accusé a-t-il fourni de l'aide ou de l'assistance pour des faits de trahison ?

-La dégradation a été faite en bande organisée ?

-Existe-t-il des circonstances atténuantes ?

Pour les avocats de la défense, certaines questions sont à reformuler car l'actuelle formulation est de nature à culpabiliser déjà leurs clients. Mais pour la partie civile et le parquet militaire, cela n'entrave en rien la procédure et aux conclusions que parviendront les juges.

Rendez vous a été pris pour le 2 septembre prochain à 10 heures pour le verdict final de ce procès marathon.

En rappel, 84 personnes, dont 66 militaires et 18 civils, sont poursuivis, entre autres, pour attentat à la sûreté de l'État, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui. Parmi les 84 accusés, il y a les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé considérés comme les cerveaux présumés du coup de force manqué de septembre 2015. Le procureur militaire avait requis contre eux, la prison à perpétuité.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.