Burkina Faso: Me Ambroise Farama - «Plus qu'un changement de gouvernement, il faut une refonte totale de nos institutions»

Le parti politique Organisation des peuples africains-section Burkina Faso (OPA-BF) a animé une conférence de presse le lundi 26 août 2019 à son siège à Ouagadougou.

Les échanges avec les hommes de médias ont porté sur des questions d'actualité nationale notamment la montée en puissance des attaques terroristes, les assassinats ciblés et une catastrophe humanitaire à l'horizon.

Présidant la rencontre, Me Ambroise Farama soutient qu'il faut une refonte totale de nos institutions pour parvenir à bout des problèmes actuels du Burkina.

A l'entame de la conférence, Me Farama, président du parti et principal animateur, a demandé à l'assistance d'observer une minute de silence à la mémoire des victimes de l'attaque de Koutougou, avant d'affirmer que c'est avec consternation que l'Organisation des peuples africains (OPA) a appris que le 19 août 2019, le détachement militaire de Koutougou a été attaqué par un groupe armé terroriste qui a causé la mort de 24 militaires, fait 7 blessés et occasionné de nombreux dégâts matériels.

Il a présenté au nom du parti ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes ainsi qu'aux Forces de défense et de sécurité et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Pour le conférencier, l'attaque de Koutougou est venue mettre à nu le manque de volonté ou l'incapacité du régime actuel d'assurer la sécurité des biens et des personnes et de défendre l'intégrité du territoire.

Cette attaque, selon lui, révèle l'incompétence de nos gouvernants à mettre en place une stratégie cohérente de défense et de sécurité, car estimant qu'on ne peut pas comprendre que dans une zone sous état d'urgence, avec une alerte relayée deux jours avant par les réseaux sociaux, notre armée n'ait pu éviter le drame de Koutougou.

Selon l'animateur, l'incompétence de ce régime n'est pas seulement dans sa politique de défense et de sécurité.

En effet, aucun pan de notre vie sociale, politique et économique n'est satisfaisant, a-t-il expliqué. Pour Me Ambroise Farama, il n'y a pas que le gouvernement qui soit incompétent, mais toutes les institutions de la république.

Ces dernières sont plongées dans une incertitude suicidaire les rendant ainsi incapables d'alerter ou de sanctionner l'exécutif sur ses choix, options politiques et travers de certains de ses dirigeants.

Fort de ce constat, Me Farama affirme qu'il faut bien plus qu'un changement de gouvernement, il faut une refonte totale de nos institutions pour venir à bout des problèmes actuels de notre pays.

Le président de l'organisation estime que la question sécuritaire ne doit pas être seulement l'affaire des militaires, elle doit être l'affaire de tous.

Il interpelle ainsi les gouvernants sur la nécessité de rassembler tous les fils et filles de ce pays sous les drapeaux pour défendre l'intégrité du territoire et la mise en place de comités de veille et d'alerte dans nos villes et campagnes. Faute de quoi le peuple sera obligé, dans un élan de survie, de s'assumer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.