Burkina Faso: Campagne agricole - Ces femmes qui font de la terre leur gagne-pain

Après la région du Centre-Sud le 22 août, la tournée marathon entamée par le ministre de l'Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, s'est poursuivie dans d'autres régions : le Centre-Est et l'Est.

Au cours de cette sortie sur le terrain qui a eu lieu les 23 et 24 août, nous avons fait la connaissance de femmes vulnérables qui vivent du travail de la terre.

Chantal Kéré est veuve. Dans sa situation, beaucoup de femmes se seraient sans doute croisé les bras. Mais cette femme de la région du Centre-Est, elle, a décidé de s'adonner à l'exploitation de la terre. Elle a mis en valeur une superficie de 3 hectares.

Cette productrice vulnérable qui se bat seule pour nourrir ses quatre enfants a bénéficié de semences de l'Etat et d'engrais du mécanisme de distribution électronique des intrants.

Aujourd'hui, elle vit de son activité, même si elle souhaite plus d'appui. Le ministre de l'Agriculture a rendu visite à cette battante. Salifou Ouédraogo a encouragé la veuve qui ne s'est pas laissée gagner par le découragement après le décès de son conjoint. Comme elle, Larba Tampoudi est aussi une productrice vulnérable qui a bénéficié du soutien de l'Etat.

En l'absence de son mari, parti à l'aventure au Ghana depuis plusieurs années, cette mère de deux enfants s'adonne au travail de la terre.

Grâce à l'appui de l'Etat, l'agricultrice de Koaré, dans la région de l'Est, exploite trois hectares. Sur deux hectares, elle a semé du sésame, acquis grâce à l'appui de l'Etat octroyé aux groupes cibles.

Elle a aussi reçu la visite du ministre Salifou Ouédraogo, parti l'encourager dans son activité. Nous avons fait connaissance avec ses battantes dans le cadre de la tournée de suivi de la campagne agricole, qui s'est déroulée les 23 et 24 août dans les régions du Centre-Est et de l'Est.

A Balgho, dans la région du Centre-Est, la délégation ministérielle a visité le bas-fond rizicole de la coopérative Woum Taaba. L'organisation paysanne, composée de 320 personnes dont 208 femmes, se partage une superficie aménagée de 40 hectares. Le terrain a été mis en valeur en 2016 grâce au Projet riz pluvial (PRP).

Les bénéficiaires sont fiers de disposer d'une telle superficie. Conscients des avantages du projet, ils comptent étendre le bas-fond de 40 à 60 hectares. La coopérative envisage aussi de renforcer les capacités des producteurs en matière de techniques performantes de production du riz.

L'organisation d'un voyage d'étude est au nombre des perspectives de la coopérative Woum Taaba. Salifou Ouédraogo a invité ces producteurs à s'engager dans la production durant la saison sèche.

Outre cette visite suivie d'échanges directes avec les producteurs, le ministre était dans beaucoup d'autres champs. Globalement au Centre-Est, il y a eu une installation timide de la campagne agricole en juin.

Elle s'est véritablement installée au cours de la première décade de juillet. En dépit des attaques de la chenille légionnaire d'automne sur les parcelles de maïs et de sorgho, le bilan à mi-parcours est jugé satisfaisant et les producteurs pensent que si la tendance actuelle de la pluie se maintient, les récoltes seront bonnes.

Après le Centre-Est, le suivi du déroulement de la campagne agricole de saison humide s'est poursuivi dans la région de l'Est. Le 24 septembre, plusieurs producteurs, dont Rasmané Balima, ont reçu la visite du ministre Salifou Ouédraogo.

Rasmané Balima est à la tête d'une vaste exploitation familiale de près de 32 hectares. Ce producteur du village de Koaré, dans la région de l'Est, produit du maïs de variété Massongo (cycle de 90 jours), du sorgho, du mil, du coton, du sésame, etc. Pour la culture du maïs, le sol est enrichi avec de la fumure organique à raison de 5 t/ha.

Le ministre Salifou Ouédraogo a salué la diversification des productions car elle permet une meilleure rentabilité. Le potentiel rendement est de 3,5 tonnes/hectare. Le producteur a bénéficié d'un appui de l'Etat en matériel agricole.

Malgré l'installation tardive de la saison, Rasmané Balima pense que sa récolte sera bonne s'il pleut jusqu'en octobre. Il nourrit l'espoir de réaliser un bénéfice d'environ 9 millions de FCFA. Ils sont nombreux, les producteurs modèles de la région qui ont reçu la visite du ministre.

A chaque arrêt, les producteurs sont sensibilisés au respect des itinéraires techniques, gage de rentabilité. « Si la dynamique des pluies se poursuit, on va enregistrer de grandes productions », a déclaré le patron du département de l'Agriculture, au terme de sa tournée à l'Est.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.