Sénégal: Kaffrine - Plus de 255 mm en neuf jours de pluie (DRDR)

Kaffrine — L'hivernage 2019 a connu un démarrage à deux vitesses dans la région de Kaffrine, où un cumul pluviométrique de 255,9 mm a été enregistré en 8 jours, à la date du 21 août dernier, a indiqué lundi le directeur régional du développement rural (DRDR) de Kaffrine, Samba Ndao Tall.

"La configuration de l'hivernage 2019 dans la région de Kaffrine, a pour conséquence un démarrage à deux vitesses pour les agriculteurs de cette localité.

En effet, la moitié de la région de Kaffrine, notamment l'est et le tiers sud, ont réalisé les premiers semis le 30 juin, et l'autre moitié n'a démarré que le 25 juillet", fait-il observer dans un entretien avec l'APS.

Il précise que ces deux dates "marquent" les "deux premières vagues de semis".

Selon lui, l'arachide, le mil, le maïs, le niébé et le sésame sont à différents stades de développement.

"Les pluies du 11 août ont permis le démarrage de la troisième vague de semis dont les cultures sont au stade de plantules. Depuis le 21 août, le labour et les semis de pastèque sont conduits à grande échelle", a indiqué M. Tall.

Le DRDR de Kaffrine a par ailleurs souligné qu'à la date du 21 août dernier, la région de Kaffrine a enregistré un cumul pluviométrique moyen de 255,9 mm en 8 jours contre 182,6 mm en 9 jours, lors de l'hivernage précédent.

Il précise que comparé au précédent hivernage, "la situation pluviométrique est excédentaire de 73,3 mm" cette année.

La région de Kaffrine a à peu près la même configuration qu'en 2018, à la seule différence que la partie sud a un meilleur départ que le nord contrairement à l'année dernière où c'était l'inverse.

Il affirmé que dans l'hypothèse où les pluies se poursuivre jusqu'à la deuxième décade du mois d'octobre, "on peut espérer de bonnes moissons autant que lors de la campagne précédente".

Sur le terrain, les cultures affichent bonne évolution dans les champs visités par le correspondant de l'APS.

En effet, malgré la longue pause pluviométrique notée dans cette partie du centre du pays, l'arachide, le maïs, le mil et le niébé ont bien poussé dans les champs.

"J'ai cultivé de l'arachide. Il a poussé. J'ai eu des semences de qualité et des intrants", déclare le jeune cultivateur Babacar Wilane, habitant de Toune Mosquée, un village situé à trois kilomètres au nord de la commune de Kaffrine.

Il ajoute : "Notre souci était cette pause pluviométrique qui avait affecté mes premiers semis dont certaines graines commençaient à pourrir dans le sol. Dieu merci, aujourd'hui, nous avons bon espoir pour l'hivernage."

Mor Ndiaye, un agriculteur de Wadéne, village situé dans la commune de Missira Wadéne (département de Koungheul), affirme lui aussi que "les cultures se portent actuellement très bien".

"Nous avons reçu des semences de qualité, des intrants et du matériel agricole à temps. Notre inquiétude résidait dans cette pause pluviométrique.

Mais, nous sommes confiants pour la suite. Malgré le début tardif de l'hivernage, nous arrivons à nous en sortir car nous avons du matériel qui nous permet d'emblaver très rapidement", rassure-t-il.

Cette année, il dit avoir emblavé quinze hectares d'arachide, deux hectares de maïs, un hectare de mil et un hectare de sorgho.

A Sikilo, village situé dans la commune de Kahi (département de Kaffrine), Fatou Kiné Diouf Lo gère une ferme agrosylvopastorale de 45 hectares d'arachide, 25 hectares de maïs et 30 hectares de niébé. Elle fait elle aussi état d'un bon comportement des semis.

"Avec ces dernières pluies, nos inquiétudes ont été dissipées. Nous avons nos propres matériels agricoles et nos intrants. Nous espérons voir un bon hivernage", confie-t-elle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.