Afrique de l'Ouest: Burkina, Togo et Niger - Les douanes bientôt interconnectés

Les responsables douaniers du Burkina, du Togo et du Niger s'engagent à mettre en œuvre le SIGMAT.

Les premiers responsables des douanes du Burkina Faso, du Togo et du Niger ont signé un protocole d'accord sur les relations d'interconnexion des systèmes informatiques, le vendredi 23 août 2019 à Ouagadougou.

Les services douaniers du Burkina, du Togo et du Niger veulent raffermir leurs liens de coopération, en vue de lutter contre la fraude et les tracasseries routières.

C'est ainsi que des experts de ces trois pays se sont penchés, du 20 au 22 août 2019, sur la mise en œuvre du Système interconnecté de gestion des marchandises en transit (SIGMAT).

A l'issue des travaux, ils ont proposé un protocole d'accord et une instruction-cadre relatifs à l'interconnexion des systèmes informatiques douaniers, qui doit entrer en vigueur au plus tard le 1er octobre prochain.

La signature de ces deux documents est intervenue ce vendredi 23 août 2019. Avec l'interconnexion, dès qu'un camion à destination du Niger est déclaré à Lomé (Togo), toutes les informations le concernant sont partagées avec la douane burkinabè, pays de transit et la douane nigérienne et vice-versa, a expliqué le directeur général des douanes du Burkina, Adama Sawadogo.

Selon lui, l'interconnexion présente des avantages pour les trois pays. Il a cité notamment, l'amélioration de la compétitivité de l'économie, la traçabilité des flux commerciaux et la sécurisation des recettes.

Au regard de ce qui précède, le DG invite les services douaniers de ces trois Etats à s'adapter à cette nouvelle exigence en vue de jouer leur rôle de vecteur de l'intégration.

Il a rappelé que le SIGMAT a été lancé officiellement en mars 2019 par les directeurs généraux des douanes de l'espace CEDEAO. M. Sawadogo a souhaité que leur exemple inspire les autres Etats de la sous-région à intégrer au plus vite le SIGMAT. Il s'est enfin engagé à soutenir son déploiement à tous les niveaux.

Pour le commissaire des douanes et droits indirects du Togo, Kwawo Essien, en procédant à la signature de ce protocole, les responsables de ces trois administrations lient le sort de trois Etats.

Il a loué les bienfaits de ce système qui permettra de faciliter les échanges entre les pays, tout en luttant contre la fraude. Quant au DG des douanes du Niger, Amadou Petitot, il a affirmé l'engagement de ses services à respecter les dispositions de ce présent protocole et les délais de sa mise en œuvre.

Il a relevé que le problème de sécurité est très sérieux dans certains pays de la région. «Nos services de douanes sont également touchés par les attaques terroristes», a-t-il laissé entendre. C'est pourquoi, il a invité les douaniers à redoubler de vigilance dans le contrôle des marchandises.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.